La richesse des particuliers fortunés s'envole en Asie-Pacifique

le
1

(NEWSManagers.com) -

La richesse des particuliers fortunés en 2015 n'a connu qu'une modeste croissance de 4% au niveau mondial tandis qu'elle s'envole dans la zone Asie-Pacifique avec une progression de 10%, selon la 20ème édition du World Wealth Report (WWR). Celle-ci est propulsée en première position et devient en 2015 la région ayant le niveau de richesse et le nombre de particuliers fortunés les plus élevés au monde - respectivement 17.400 milliards de dollars et 5,1 millions d'individus. C'est la première fois que cette région devance l'Amérique du Nord qui passe ainsi au second rang avec une richesse de 16.600 milliards de dollars répartis entre 4,8 millions de particuliers fortunés.

La richesse des particuliers fortunés dans le monde a atteint 58 700 milliards de dollars et leur nombre a augmenté de 4,9% pour atteindre les 15,4 millions en 2015. Depuis 1996, la croissance de la richesse des particuliers fortunés à travers le monde a été multipliée par quatre, avoisinant les 59.000 milliards de dollars. Si les taux de croissance actuels se maintiennent, la richesse pourrait atteindre 100.000 milliards de dollars en 2025. Malgré ces niveaux de richesse record, le rapport montre également qu'aujourd'hui seul un tiers (32%) de la richesse totale des particuliers fortunés est géré par des gestionnaires individuels de patrimoine, ce qui représente un nouveau défi pour les professionnels de la gestion de fortunes mais aussi une réelle opportunité.

Avec un doublement de la richesse et du nombre de particuliers fortunés, l'Asie-Pacifique confirme ainsi son rôle de moteur de la croissance de la richesse mondiale de ces dix dernières années. En 2015, la richesse des particuliers fortunés en Asie-Pacifique a augmenté de 10%. Cet essor représente près de cinq fois le taux de croissance de la richesse en Amérique du Nord (+2%), qui a fortement baissé par rapport au taux de 9% observé en 2014. Si l'Asie-Pacifique continue de croître aussi vite qu'entre 2006 et 2015, cette région représentera d'ici dix ans les deux cinquièmes de la richesse mondiale des particuliers fortunés, soit plus que celle de l'Europe, de l'Amérique latine, du Moyen-Orient et de l'Afrique réunis. Plus précisément, le Japon et la Chine se distinguent et constituent les moteurs de la région, avec une croissance du nombre de particuliers fortunés avoisinant les 60% en 2015.

En termes de nombre de particuliers fortunés, l'Asie-Pacifique a enregistré une croissance de 9% en 2015, un taux qui a largement dépassé les taux observés en Amérique du Nord (+2%) et a représenté presque le double du taux atteint en Europe (+5%). L'Amérique latine a été victime des mauvais résultats du Brésil en perte de vitesse quant à son nombre de particuliers fortunés (-8%) et à leur richesse (-6%). Freinée par l'Amérique latine, la richesse des particuliers extrêmement fortunés, qui constituaient jusqu'à présent le segment le plus dynamique, a progressé plus modérément en 2015. Toutefois, si l'on exclut l'Amérique latine, la richesse des individus extrêmement fortunés a connu une croissance plus forte que les autres segments de richesse en 2015, ainsi qu'en termes de croissance annuelle entre 2010 et 2014.

Le rapport souligne que les sociétés de gestion de patrimoine sont bien positionnées pour surfer sur la vague de croissance de la richesse des particuliers fortunés. En 2015, ces derniers ont fait davantage confiance aux sociétés de gestion de patrimoine (+17 points) et aux marchés financiers (+30 points) par rapport à 2014. Alors que la confiance dans les gestionnaires individuels de patrimoine est demeurée stable, 68% des particuliers fortunés ont déclaré être satisfaits de leur relation avec ces derniers et vouloir leur confier une plus grande part de leurs actifs.

Cependant, les sociétés de gestion de patrimoine tout comme les gestionnaires individuels de patrimoine doivent encore capter une plus grande part des actifs des particuliers fortunés. En 2015, une grande partie de leur richesse (35%) était essentiellement composée de liquidités, placées sur des comptes bancaires ou détenues sous forme d'espèces, alors que 32% étaient gérés par les gestionnaires individuels de patrimoine. Les particuliers fortunés de moins de 40 ans ont même été moins enclins à se tourner vers les gestionnaires de patrimoine (seulement 28%), sauf en Amérique du Nord où ils y étaient plus favorables à 39%.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3182284 le mardi 5 juil 2016 à 16:58

    Les riches ont quitté l'eurabie.