La révolution immobile des Turcs

le
0
À Taksim, des centaines de manifestants silencieux défient la police en se tenant debout sans bouger.

La place de Taksim, lieu central de la révolte turque, n'accueille plus les manifestations depuis l'évacuation musclée du parc Gezi par la police, samedi dernier. Des hommes et des femmes qui restent immobiles pendant des heures ont pris leur place. «Ils nous ont chassés du parc, la police nous a gazés comme si on était des cafards, a tabassé et mis en garde à vue. Maintenant, on reste debout, sans bouger. Qu'ils viennent aussi nous arrêter parce que, simplement, on est debout.» Gözde, étudiante en droit, défie ainsi en regardant les policiers qui les surveillent depuis le parc. À côté d'elle, des centaines de personnes restent figées, sans parler. Pas un seul slogan, ni de chant. Certains lisent tranquillement un livre, d'autres regardent en continu le centre culturel d'Atatürk, menacé aussi de démolition par les projets d'aménagement du premier ministre, Rec...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant