La révolte, le plafond de Vert

le
0
La révolte, le plafond de Vert
La révolte, le plafond de Vert

Entre sa défaite à Bordeaux et le troisième tour préliminaire de Ligue Europa, Saint-Étienne a montré une belle capacité de réaction. Mais cela ne suffira pas à l'ASSE pour atteindre ses objectifs.

"Ce fut un match assez bizarre. L'ASSE (…) s'est réveillée à un quart d'heure de la fin et aurait même pu égaliser si le match avait duré deux ou trois minutes de plus. (…) Cela fait longtemps que je n'ai pas vu un tel comportement chez les Verts, au jeu sans cohésion au point d'avoir le sentiment que les Bordelais s'infiltraient au sein de la défense sans que cette dernière puisse intervenir. Il y a eu une réaction que l'on doit souligner. On peut considérer cette défaite comme un accident. L'ASSE a raté son match pour différentes raisons : manque de détermination, de concentration, mais la bonne surprise est de les avoir vus réagir de la sorte. "

Voilà. En cinq phrases dans Le Progrès, Robert Herbin a résumé 90 minutes d'un Bordeaux–Saint-Étienne un peu fou. Sûr que l'ancien joueur et entraîneur emblématique des Verts ne s'est pas ennuyé. Sûr aussi qu'il s'est arraché les cheveux qui font tant partie de lui. C'est qu'en ce début de saison, son Sainté semble être habité par une forme soudaine de schizophrénie. À la fois très mauvaise et séduisante, désespérante et surprenante, l'ASSE affiche une double face difficile à décrire. Une sorte de visage masochiste qui se plaît à recevoir des coups sans réagir avant de subitement se mettre à cracher sa réponse. Assez imprévisible.

Inoffensif dans les premiers rounds...


Certes, les rencontres de ce début de saison sont trop peu nombreuses pour dessiner un portrait-robot du soldat insolent de Christophe Galtier. Mais elles soulèvent tout de même des traits de caractère à relever. D'abord, et cela suit la lignée de la première moitié de l'année 2016, Saint-Étienne n'aime pas faire le jeu. Le ballon lui brûle les pieds et il ne sait pas quoi en faire. En apparence, en tout cas. Concentré sur sa défense, l'homme vert en oublie d'attaquer et ne se montre jamais dangereux dans les premiers temps d'un combat, alors qu'il en a largement le potentiel. Raison pour laquelle il n'a fait trembler les filets qu'une fois en…0 minutes officielles (en excluant volontairement les dix dernières de la première journée de Ligue 1).
[BR…




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant