La révolte du sud algérien fait trembler le pouvoir

le
0
Ils ont été des milliers à défiler dans le calme, jeudi à Ouargla, pour revendiquer «le droit au travail» et l'arrêt des poursuites judiciaires contre des chômeurs qui avaient manifesté en février.

Envoyée spéciale à Ouargla

Des chants patriotiques saturés sortent par la sono installée devant une stèle commémorative du 1er novembre 1954 (début de la guerre de libération). Des chômeurs venus de tout le pays scandent des slogans bien préparés «Le peuple veut faire tomber le chômage» en agitant frénétiquement de petits fanions aux couleurs de l'Algérie. Des militants se disputent pour hisser le drapeau national sur le mât spécialement installé pour l'occasion.

Jeudi, sur cette si symbolique place de l'Armée de libération nationale (rebaptisée «Tahrir») dans le centre ville de Ouargla, à quelque mille kilomètres au sud d'Alger, la Coordination nationale des chômeurs n'a certes pas réuni comme elle l'avait souhaité «un million de manifestants...



Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant