La révolte des femmes turques de Taksim

le
0
REPORTAGE - À l'image de la « fille en rouge » gazée par la police, des manifestantes descendent dans la rue pour défendre leurs droits.

À Istanbul

Le visage de la révolte est féminin. C'est celui de «la fille en rouge». Une jeune femme habillée d'une robe rouge fait face à une rangée de policiers casqués des pieds à la tête. L'un d'eux l'asperge de gaz lacrymogène. Ses cheveux se soulèvent. Le cliché a fait le tour du monde. Bien malgré elle, Ceyda Sungur est devenue l'icône du parc de Gezi et le symbole de la répression policière brutale contre des manifestants pacifiques. Mais le hasard fait bien les choses: les Turques sont en première ligne dans la contestation des dérives autoritaires du premier ministre Recep Tayyip Erdogan. Sa vision conservatrice de la femme, et la politique qui en découle, fait partie des griefs principaux à son encontre.

Un grand stand tapissé d'un tissu violet occupe un coin du parc de Gezi. C'est celui des «...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant