La revente des cadeaux de Noël, une pratique "choquante" qui se généralise

le
12
Renata Osinska/shutterstock.com
Renata Osinska/shutterstock.com

(AFP) - Si la pratique consistant à revendre une partie de ses cadeaux de Noël se généralise, parfois dès le lendemain, elle reste souvent mal perçue, beaucoup persistant à la juger "choquante" et contraire à l'esprit de la tradition.

Selon un sondage réalisé par OpinionWay en décembre, 52% des Français admettent avoir déjà remis en vente certains de leurs cadeaux reçus à Noël ou envisagent de le faire.

Les femmes et les hommes sont quasiment à égalité dans cette pratique (respectivement 51% et 52%) qui reste majoritairement le fait de jeunes (63% chez les 18-24 ans, contre 38% chez les 60 ans et plus). Et, seulement 10% des personnes envisagent d'offrir le cadeau indésirable à quelqu'un d'autre, selon eBay.

Les cadeaux susceptibles d'être les plus revendus sont ceux de la famille éloignée (56%), ceux des collègues (47%), des amis (33%) et des beaux-parents (29%).

Ceux des proches, comme les enfants ou les conjoints, sont en général épargnés par cette pratique (respectivement 5% et 4% de revente).

Le phénomène, qui a véritablement émergé il y a une dizaine d'années, "s'est renforcé avec la crise économique et - nous l'avons constaté depuis le Grenelle de l'environnement, en 2008 - avec l'importance de l'écologie et la notion de recyclage", explique Olivier Mathiot, co-fondateur de PriceMinister.

Pourtant, c'est plutôt le côté "pragmatique" de la revente qui l'emporte: 60% des Français arguent d'un cadeau reçu en double, 56% d'un présent qui ne leur plaît pas, 41%, qu'ils jugent inutile.

Seuls 36% déclarent préférer remettre leurs cadeaux sur le marché plutôt que de les jeter tandis que 35% évoquent un besoin d'argent pour expliquer leur démarche.

Phénomène tabou

En moyenne, les Français espèrent en tirer près de 90 euros, qui à 31% seront employés pour payer les factures de Noël, et à 45% pour se faire un cadeau plus désirable.

Selon eBay, la revente intervient par ailleurs de plus en plus tôt. En 2013, le pic est attendu le 7 janvier, "soit deux semaines plus tôt que l'an dernier et que chez la plupart de nos voisins européens".

L'an dernier, dès le 26 décembre, 6.564 cadeaux de Noël avaient été revendus sur le site entre 20H et 21H, soit près de 110 à la minute.

Pourtant, près de la moitié de la population demeure réfractaire à cette pratique, mal perçue.

Ainsi, 48% des Français déclarent qu'ils ne revendront pas leurs cadeaux de Noël, jugeant cette pratique contraire à l'esprit de Noël. Parmi eux, 90% trouvent même cela "choquant".

Plus d'un Français sur trois en fait même une question de principe: "on ne se sépare pas de ses cadeaux de Noël, un point c'est tout", révèle un autre sondage réalisé par le site de petites annonces Vivastreet.

31% jugent "gênant" de revendre ses cadeaux de Noël "gênant". D'ailleurs, cette pratique reste majoritairement taboue, 71% de ceux qui s'y adonnent se gardant bien d'en faire état.

Enfin, selon PriceMinister, 6% des Français, seulement, en informent la personne qui leur a offert le cadeau en question, les hommes étant à cet égard légèrement plus enclins à la franchise (8%) que les femmes (4%).

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paumont1 le mercredi 26 déc 2012 à 08:22

    avez vous remarqué que la pratique qui consiste à se justifier quand on fait une incivilité se généralise? on a tort mais on trouve toujours un moyen de se justifier, c'est de la mauvaise foi, rien de plus.

  • canddide le mardi 25 déc 2012 à 18:47

    Tant mieux pour ceux qui sont contents de les racheter. En plus de faire des heureux, ça aide à préserver un peu la planète et ça évite de stocker des choses inutiles.

  • ratpasse le mardi 25 déc 2012 à 15:39

    Si çà pouvait contribuer à tuer le commerce de la bibeloterie, à défaut de se défaire des moustiques, des souris et des araignées, on aurait au moins nettoyé les maisons de ces nuisibles.

  • ratpasse le mardi 25 déc 2012 à 15:33

    Si un cadeau n'est empreint d'aucune valeur sentimentale (conjoint, parent, vrai ami...), mais qu'il s'agit d'une atrocité refilée par les collègues ou prétendus amis, tous ceux qui vous oublierons rapidement le jour où vous êtes dans la m€rde, c'est le choix de chacun de le revendre ou de le flanquer à la poubelle ou dans un carton. Le revendre n'est pas plus idiot, même en dehors de tout aspect lucratif.

  • Al2175 le mardi 25 déc 2012 à 15:14

    un verirable scandale

  • m654321 le mardi 25 déc 2012 à 12:44

    frk987 Quand on ne connait pas les goûts d'un ado, on se renseigne discrétement auprès des frères/soeurs/amis. C'est pas plus compliqué.

  • frk987 le mardi 25 déc 2012 à 11:46

    Ceux qui font des cadeaux autre que du cash ont la prétention de connaitre les goûts des ados, certes pour le tout petit : no problem, mais pour une gamine de 12-16 ans.............Ben si vous connaissez ses goûts, vous viendrez me le dire.

  • supersum le mardi 25 déc 2012 à 09:47

    C'est tellement plus simple d'offrir une carte prépayé ou des sous, sauf pour les tout petit et les grande personne

  • papymujo le mardi 25 déc 2012 à 08:18

    Le monde est en train de perdre toutes ses valeurs, à commencer par celle de la famille...

  • m654321 le lundi 24 déc 2012 à 20:17

    M1039068. Je suis d'accord avec vous. La revente de ses cadeaux immédiatement après les avoir reçus (à Noel ou pour toutes autres occasions) est très significative d'un comportement et d’un (non)sens des valeurs. C’est l’époque de l’argent et de l’égoïsme quitte à sacrifier ses relations, sa famille. L’éducation parentale est pour une grande part responsable de ces comportements qui laissent imaginer la suite bien triste de la vie de ces familles ou de ce qu’il en reste.