La revanche amère des chrétiens d'Irak

le , mis à jour à 08:57
0
La revanche amère des chrétiens d'Irak
La revanche amère des chrétiens d'Irak

Au fur et à mesure que l'on s'approche de Mossoul, une épaisse fumée noire s'échappe des tranchées remplies de pétrole par Daech pour tenter de gêner les bombardements de la coalition. Le ciel s'obscurcit comme si un gigantesque ouragan se préparait, tandis qu'une tenace odeur d'essence sature l'atmosphère.

Un troupeau de moutons surgit d'un village partiellement détruit par les combats, la laine recouverte de suie. C'est dans cette ambiance de fin du monde que les troupes irakiennes ont progressé de quelques kilomètres, hier, en direction de la deuxième ville du pays. Et, sur leur chemin, ce sont des localités chrétiennes qu'elles ont encerclées.

A Qaraqosh, à 35 km au sud de Mossoul, la résistance de l'EI a été farouche : véhicules suicides, tirs de snipeurs, les djihadistes ont combattu sans faiblir même si un groupe de prisonniers chrétiens a pu être libéré dans la matinée.

Hier soir, cette ville où 50 000 chrétiens vivaient encore en 2014, avant l'offensive éclair des hommes au drapeau noir, n'était pas encore entièrement reprise. Un peu plus loin, les opérations se poursuivaient également autour du village chaldéen de Karemless.

Sans attendre l'annonce officielle des autorités irakiennes et les communiqués de victoire, des rassemblements spontanés se sont déroulés, notamment dans le quartier à majorité catholique d'Ankawa, à Erbil, la capitale du Kurdistan. « On a fait la fête toute la nuit, on a chanté, on a dansé. On a remercié Dieu d'avoir entendu nos prières. Beaucoup d'entre nous ont tout perdu, leur maison, leurs biens et parfois même un membre de leur famille », témoigne Ali, rencontré devant l'église de Mar Youssef.

Dans le petit salon décoré d'un drapeau du Vatican de l'hôtel Karlovy Vary, un groupe de fidèles regarde les informations diffusées en boucle par la télévision locale. Sur les images, certains ont cru reconnaître leur quartier même si plusieurs églises de ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant