La Réunion : pour protéger les requins, il se jette à l'eau

le
0
La Réunion : pour protéger les requins, il se jette à l'eau
La Réunion : pour protéger les requins, il se jette à l'eau

Il reprend ses palmes et son masque pour défendre les squales. Didier Dérand, délégué de la fondation Brigitte Bardot à La Réunion, a annoncé ce vendredi qu'il retournerait à l'eau dimanche 19 mai, sur la côte ouest de l'île, pour protester contre le sort réservé aux requins après la mort d'un surfeur le 8 mail dernier.

Selon lui, «un massacre se prépare à brève échéance», évoquant la mise en place «de dispositifs de pêche aux requins dans la baie de Saint-Paul». A ceux qui «diffusent systématiquement une propagande mensongère visant à terroriser la population», il entend montrer que le danger est surestimé, que les plongeurs, nageurs et body-surfeurs peuvent se baigner sans risque. «Seuls les surfeurs avec planche courent un risque réel», répète-il, estimant que les prédateurs confondent les surfeurs avec une tortue marine.

En août 2012, il s'était jeté à l'eau à plusieurs reprises, sur les lieux d'attaques de requins, pour montrer que le danger était surestimé, après la panique provoquée par des attaques de requins. Il ne lui était rien arrivé.

VIDEO. Didier Dérand explique pourquoi il brave le danger

Ce dimanche, Didier Dérand, 55 ans dont 45 de pratique de la mer à La Réunion, partira à 10 heures (heure locale) de la Passe de l'Hermitage, sur la commune de Saint-Paul, et se rendra à la Plage des Roches Noires, pour un parcours de 5,4 km. Il passera près de la zone des Brisants, où a eu lieu le drame du 8 mai. Il effectuera sa nage militante seul et sans assistance, tout en lançant un appel à ceux qui veulent le rejoindre.

Lundi dernier, après l'attaque mortelle du 8 mai qui a porté à quatre leur nombre depuis 2011 (tous des surfeurs), le préfet de la Réunion a annoncé la pose de «drumlines» - une palangre verticale fixe munie d'un hameçon qui permet une capture localisée des requins -, dans la baie de Saint-Paul (ouest) pour étudier leur efficacité contre les...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant