La Réunion : la préfecture renforce la protection anti-requin

le
6
La Réunion : la préfecture renforce la protection anti-requin
La Réunion : la préfecture renforce la protection anti-requin

En plein polémique sur la présence du prédateur des mers près des côtes, le préfet de la Réunion, Jean-Luc Marx, a annoncé lundi, cinq jours après la mort d'un surfeur dans l'île, un renforcement des prélèvements de requins par l'expérimentation de la pose de palangres fixes - des dispositifs de pêche- dans la baie de Saint-Paul (ouest). Lors d'une réunion du Comité opérationnel réunionnais de réduction de risque requin (C04R) à la préfecture, «nous avons acté le principe d'une expérimentation de la pose de drumlines. Un protocole sera arrêté dans les 15 jours», a déclaré le préfet lors d'un point-presse.

Il a également indiqué que la réunion du CO4R, à raison d'une fois par mois depuis septembre 2012, a été élargie ce mois-ci après la mort d'un surfeur de métropole, tué mercredi à Saint-Gilles par un requin. Ce décès porte à quatre le nombre de surfeurs tués en deux ans sur l'île.

Ecologistes et surfeurs divisés sur l'intérêt des pièges

Les drumlines sont des palangres verticales avec un unique hameçon, maintenue par une bouée en surface, permettant une capture localisée des requins. Cette technique est très utilisée en Afrique du Sud et en Australie pour protéger des zones de baignade.

La pose de drumlines a été demandée par la député-maire de Saint-Paul Huguette Bello (DVG) dans une lettre adressée vendredi au Premier ministre. Des associations de surfeurs le réclament de longue date. Le préfet a toutefois précisé qu'il n'y avait «pas eu d'unanimité sur ce sujet mais une dominante favorable» de la part des participants à la réunion qui a regroupé des élus, des scientifiques, des associations de surfeurs, soit près d'une cinquantaine de personnes.

Les drumlines sont critiquées à travers le monde, notamment par les écologistes opposés à la pêche au requin. D'autres reprochent à cette technique d'attirer les requins vers les zones que l'on est censé protéger de leur...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • paumont1 le mardi 14 mai 2013 à 10:35

    moi je trouve extrêmement dommage qu'on empêche les requins en voie de disparition (ce qui n'est absolument pas le cas des hommes,quoique...) de se nourrir! c'est dramatique, pauvre requins...Et puis quand on est assez c... pour faire du surf quand c'est déconseillé...Sélection naturelle à l'encontre des andouilles...

  • uran le mardi 14 mai 2013 à 10:19

    J'ai malgré tout des doutes. Est-ce que une certaine Éva J. serait bien digeste? Il ne faut pas non plus être cruel avec les requins.

  • dupese le mardi 14 mai 2013 à 10:07

    pourquoi pas avec les casseurs du trocadero ?

  • uran le mardi 14 mai 2013 à 08:40

    On pourrait nourrir les requins avec des écologistes comme cela ils n'auraient plus faim.

  • M6437502 le mardi 14 mai 2013 à 08:36

    Les requins,c'est comme les loups,à détruire dans les zones oùu vit l'homme.

  • M6437502 le mardi 14 mai 2013 à 08:33

    C'est simple,envoyons quelques sous-marins d'attaque!