La réunion des banquiers centraux finit dans le doute

le
4
LA RÉUNION DE JACKSON HOLE SE TERMINE DANS LE DOUTE
LA RÉUNION DE JACKSON HOLE SE TERMINE DANS LE DOUTE

par Alister Bull

JACKSON HOLE, Wyoming (Reuters) - Le symposium de la Réserve fédérale américaine, qui a réuni les principaux banquiers centraux à Jackson Hole, dans le Wyoming, s'est achevé samedi sans apporter de véritables réponses sur la mise en oeuvre de mesures musclées face au chômage américain et aux tensions de la zone euro.

"Qu'est-ce qui retient l'économie ?", s'est demandé Donald Kohn, ancien vice-président de la Fed, résumant le sentiment général. "Comment se fait-il que nous menions depuis si longtemps des politiques monétaires si souples, (et) que nous obtenions si peu de croissance ?"

L'université d'été des banquiers centraux a été marquée par l'absence de Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne (BCE), qui a jugé trop lourde sa charge de travail, dans la perspective d'une réunion de politique monétaire, prévue jeudi, sur l'achat éventuel d'obligations d'Etat italiennes et espagnoles.

La BCE ne devrait pas révéler sous quel plafond elle entend maintenir les rendements obligataires, ni à quel niveau de rendement elle interviendrait sur le marché, selon une majorité d'économistes interrogés cette semaine par Reuters, qui estiment que l'institution pourrait définir une fourchette de taux, sans en faire état publiquement.

Parmi les partisans de l'interventionnisme, Adam Posen, qui a achevé vendredi son mandat de membre du comité de politique monétaire de la Banque d'Angleterre, a regretté le "défaitisme" général des banques centrales.

"L'idée d'une banque centrale immaculée, virginale, qui se salirait pour toujours en intervenant, est une manière préhistorique de voir les choses", a-t-il jugé.

MÉFIANCE DU CAMP RÉPUBLICAIN

Du côté américain, Ben Bernanke, président de la Fed, a lui pris la parole vendredi, et a estimé que l'économie des Etats-Unis était confrontée à des défis "impressionnants" et que les progrès dans la réduction du chômage étaient trop lents, sans aller jusqu'à envoyer un signal clair sur l'imminence de nouvelles mesures d'assouplissement monétaire.

"En prenant pleinement en compte les incertitudes et les limites de ses instruments de politique (monétaire), la Réserve fédérale apportera de nouveaux accommodements, si besoin, pour promouvoir une reprise économique plus forte et une amélioration soutenue des conditions du marché du travail dans un contexte de stabilité des prix", a-t-il dit, alors que le Comité de politique monétaire de la Fed (FOMC) se réunira les 12 et 13 septembre.

Plusieurs économistes présents à Jackson Hole, notamment ceux qui sont proches du camp républicain, se méfient de l'éventualité de nouvelles mesures "non conventionnelles", déjà échaudés par l'injection par la Fed de 2.300 milliards de dollars de liquidités dans l'économie au travers de rachats d'actifs, en réaction à la crise financière et à la récession de 2007-2009.

Lawrence Lindsey, conseiller de George W. Bush lors de sa présidence, a demandé aux banquiers centraux de faire preuve de "modestie" et se rappeler les limites de leurs pouvoirs et de l'autorité qu'ils exercent.

Une intervention d'Edward Lazear, autre ex-conseiller du président républicain, a tenté de définir si la hausse du chômage américain était conjoncturelle, ce qui justifierait de nouvelles mesures de la Fed, ou structurelle, ce qui déplacerait les responsabilités vers la Maison blanche.

Edward Lazear s'est prononcé pour une interprétation conjoncturelle, mais n'a pas convaincu tous ses auditeurs, tel James Bullard, président de la Réserve fédérale de St. Louis, qui estime que "tout le monde a fait l'autruche" sur la question, au cours du symposium.

Julien Dury pour le service français

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • pierry5 le dimanche 2 sept 2012 à 11:57

    Le protectionnisme aurait pour résultat la flambée des prix d'où la flambée des taux d'intérêts déjà manipulés aujourd'hui par les banques centrales pour les maintenir à des taux proches du 0. Ce serait le pire de tout. Il aurait fallu prendre de genre de mesure plus tôt.

  • r.espic le dimanche 2 sept 2012 à 11:47

    Seule solution: Le PROTECTIONNISME. Tout le reste n'est que mauvais baratin.

  • zoila5 le dimanche 2 sept 2012 à 10:59

    la concurrence par la quantité de travail fourni crée des déséquilibres. Quand les autres travaillent 45 h et nous 35 h ou moins dans le public, on a des distorsions de prix inévitables. la cause n'est pas la concurrence mais bien la quantité de travail par individu!!

  • M8743521 le dimanche 2 sept 2012 à 10:45

    L'injection de liquidités par la FED n'a pas eu les effets escomptés sur la croissance et l'emploi. Le pb est manifestement ailleurs et le haut chomage actuel, sans doute structurel ne peut pas étre résolu ainsi. Il faut pour les US, comme pour nous, chercher ailleurs..un coût du travail excessif dans nos économies occidentales et ouvertes à la conurence,en est en grande partie responsable.

Partenaires Taux