La retraite inquiète de plus en plus les Français

le
0
Pour la première fois, ils craignent autant, une fois retraités, d'être en mauvaise santé que de disposer de revenus insuffisants, révèle un sondage HSBC.

Leur retraite inquiète de plus en plus les Français. Parmi les actifs sondés dans 17 pays du monde (autant occidentaux qu'émergents) par HSBC, ils sont même ceux que cette étape de leur vie inquiète le plus, pour des raisons pécuniaires. «La crise financière et la réforme des retraites ont laissé des traces», conclut l'enquête* parue ce jeudi. Les Français ne semblent en effet pas rassurés par la réforme adoptée il y a un an. Plus de la moitié des personnes interrogées déplorent des pensions moins généreuses, et en déduisent que leur retraite se fera dans de moins bonnes conditions que celle de leurs aînés. A peine 8% jugent par ailleurs efficaces les mesures mises en place par le gouvernement pour doper l'emploi des seniors.

Pour près de la moitié des actifs (42%), la retraite est donc désormais synonyme de difficultés financières. Ils redoutent certes moins que les autres d'être endettés, ou de devoir faire face au coût des dépenses de santé, mais ils sont tout de même un tiers à craindre d'être incapable de faire face à un événement imprévu. D'autant que contrairement à nombre de pays, y compris anglo-saxons, les Français sont peu enclins à se constituer une épargne personnelle en prévision de leurs années de retraite. Seuls 30% ont ainsi mis en place un plan financier, quand la grande majorité compte avant tout sur les pensions publiques versées par l'Etat. C'est beaucoup moins que la moyenne mondiale, puisque 50% des actifs interrogés dans le monde prévoient de compléter leur pension avec une épargne personnelle.

En conséquence, les Français craignent particulièrement de voir le niveau de leurs pensions baisser. D'autant plus qu'ils n'associent toujours pas la retraite avec la poursuite d'une activité professionnelle, comme le fait un tiers des actifs dans le monde. «En dépit du débat entamé au cours de la réforme, les Français n'ont pas réévalué leur position sur le rôle du travail pendant la retraite», analyse HSBC. Mais si le gouvernement devait encore réduire le financement public des retraites, 70% ont admis qu'ils devraient se résoudre à travailler plus longtemps ou à développer une autre activité rémunérée.

* Réalisée auprès de 17.000 personnes dans le monde, dans 17 pays différents, développés et émergents.

LIRE AUSSI :

» Retraite complémentaire : l'accord sera attaqué en justice

» Pensions et minimum vieillesse revalorisés

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant