La retraite de l'auto-entrepreneur : quels droits et quelles cotisations ?

le
7

Comme les salariés, les autoentrepreneurs peuvent faire valoir leurs droits à la retraite. Pour valider des trimestres, il est néanmoins nécessaire d'atteindre un certain chiffre d'affaires.

Autoentrepreneur et droits à la retraite

Les autoentrepreneurs, comme les salariés et professions libérales traditionnelles, peuvent faire valoir leurs droits à la retraite. Pour cela, il est néanmoins nécessaire de s'acquitter de cotisations sociales, lesquelles sont relatives au chiffre d'affaires réalisé dans le cadre de l'activité d'autoentrepreneur. Pour les salariés exerçant une activité supplémentaire comme autoentrepreneur, il est bien entendu impossible de valider plus de quatre trimestres chaque année.

Déclaration de chiffre d'affaire et trimestres validés

La validation de trimestres s'effectue selon une grille, révisée chaque année. Le niveau de revenu exigé pour valider un, deux, trois ou quatre trimestres varie selon l'activité : commerciale, activité libérale BNC ou prestations de services commerciales ou encore artisanales BIC. Pour valider une année pleine en BNC, le montant de chiffre d'affaires annuel doit être de 8736€ au moins, 11532€ pour les prestations de services et 19883€ pour les activités commerciales.

Caisses de retraite

L'autoentrepreneur doit effectuer sa déclaration d'activité à l'Urssaf et ainsi, s'acquitter de ses cotisations. L'Urssaf se charge de réaliser l'affiliation auprès du RSI (régime social des indépendants) ou de la Cipav : les deux caisses de retraite chargées du relevé de points et de la liquidation des droits pour la retraite.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9758541 le mardi 10 jan 2012 à 08:49

    Imaginons que les taux à 10 ans passent de 3% à 5% les assurances vies vont investirent 10 % de leurs portefeuilles(1/10 des OAT arrivent à échéance tous les ans)à 5% résultat de l'assurance vie 3,2%!!! Tous les français intelligents vendront les assurances vies pour prendrent des OAT à 5% même sans aventages fiscaux. L'Etat interviendra en bloquant les rachats. Il a droit, c'est écrit noir sur blanc dans vos contrats!!!!

  • m.young le samedi 7 jan 2012 à 13:13

    100% d'accord avec laureand et lucy.j

  • lucy.j le mardi 3 jan 2012 à 22:17

    Oui l'insécurité fiscale a forcément un impact, par contre le taux bas de la BCE ne concerne que les emprunts à court terme, l'assurance vie c'est du long terme, donc à priori elle n'est pas impactée par le taux de refinancement de la BCE. Toutefois, la baisse des taux longs, si elle handicape l'assurance vie des épargnants, favorise les emprunteurs qui souhaitent acheter leur logement. On ne peut pas avoir le beurre et l'argent du beurre. La stabilité fiscale est néanmoins souhaitable.

  • js31 le dimanche 1 jan 2012 à 09:42

    ca fait un peu radio village tout cela, nous empêcheraient on de nous enrichir??

  • laureand le vendredi 30 déc 2011 à 07:34

    L'insécurité fiscale du produit nuit fortement à la collecte, et le maintien de taux trop bas par la BCE laisse à penser que la lutte contre l'inflation est passée au second plan.

  • toti05 le jeudi 29 déc 2011 à 07:22

    la question est ou va le capital ? les livret A , OK mais plafonné a 15000 euros, ou va le reste ? PEL ? compte a terme ?

  • lucy.j le mercredi 28 déc 2011 à 10:20

    Autre raison de la décollecte : la rémunération assez moyenne pour des capitaux bloqués à moyen & long terme et les différentes mesures fiscales du gouvernement. A force d'augmenter CRDS, CSG et de les appliquer à tous les revenus, le capital disparait pour se placer sur autres choses !