La restauration se met au format mini

le
0

Les grandes enseignes de restauration commerciale se déclinent désormais en format plus réduit pour mieux se glisser en centre-ville et accompagner des clients de plus en plus mobiles.

Face au succès grandissant de la vente à emporter le midi et au niveau élevé des loyers des emplacements en centre-ville, nombre de chaînes de restauration jouent la carte du format mini espérant élargir leur clientèle à moindre coût.

Ici, le burger est roi, la déco, elle, est minimaliste. (DR.)
Ici, le burger est roi, la déco, elle, est minimaliste. (DR.) Quick: une carte réduite à prix ronds

«Ce n'est pas un Quick en version mini, c'est une nouvelle enseigne», prévient François Charpy, directeur des opérations France lorsqu'il évoque le Burger Bar by Quick. À la manière de Monoprix et son Daily Monop, la chaîne propose là une offre spécifique. Au programme: seulement quatre recettes de burgers (Giant, Cheese, Bacon et BBQ Bacon) déclinées en version solo ou menu et constituées, au choix, de deux ou trois morceaux de viande. Quant aux prix, ils sont ronds (menus à 8 et 9 euros) et identiques quelle que soit la recette. L'offre se limite à un type de frites, et les desserts se résument à des glaces ou des milk-shakes. A l'inverse, les boissons sont à volonté. Cette formule vise les amateurs de fast-food pur et dur sans prétendre à la montée en gamme avec son décor minimaliste. Les clients devraient y gagner en facilité et en rapidité et l'enseigne pourrait, de son côté, s'ouvrir à de nouveaux territoires. La formule se contente de surface de 150 m2 (contre 300 à 400 pour le Quick «classique») et limite l'investissement du franchisé à 500.000 euros contre près de 2 millions pour le grand frère. Surtout, il s'avère plus facile à gérer et ne nécessite que cinq postes de travail. Un format qui rend à nouveau les centres-villes accessibles et devrait aussi se développer en centre commercial ainsi que dans les gares, aéroports et aires d'autoroute. Une première ouverture est prévue en mai au centre commercial Qwartz de Villeneuve-la-Garenne (92) avant une adresse dans le IIe arrondissement parisien en septembre. Au total, dix ouvertures sont prévues sur les 12 prochains mois, presque autant que de Quick «classique».

Installé sur seulement 20 m2, le Subway de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) est le plus petit de France. (DR.)
Installé sur seulement 20 m2, le Subway de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines) est le plus petit de France. (DR.) Subway: une prise électrique et un point d'eau

Depuis quelques années déjà, le champion américain du sandwich cible les implantations «non traditionnelles». Ce type de commerce se passe de système d'extraction de fumée, se contentant d'un accès à l'électricité et à l'eau. Résultat: il est possible d'implanter un «mini-Subway» à partir de 7 m2 et on en trouve à travers le monde dans des gares, aéroports, mais aussi des universités, des bureaux, des stades ou des stations de métro. C'est notamment cette stratégie qui a permis à Subway de devancer McDonald's en nombre de points de ventes avec près de 36.000 adresses dans le monde. En France, la chaîne a fêté récemment ses 500 points de vente et sa plus petite adresse est implantée sur 20 m2. Elle développe notamment les restaurants «satellites», permettant d'ouvrir à moindre coût un restaurant s'appuyant sur la logistique d'une adresse principale.

Une dizaine de food trucks permettent à l'enseigne de toucher les clients dans des zones reculées ou mal desservies. (DR.)
Une dizaine de food trucks permettent à l'enseigne de toucher les clients dans des zones reculées ou mal desservies. (DR.) Crédits photo : Class'croute: des food trucks pour les entreprises éloignées

La chaîne Class'croute de la restauration livrée en entreprise, possède déjà plus de 130 restaurants en France, Belgique et au Luxembourg. L'an dernier, elle a ouvert 11 nouvelles adresses mais mise désormais sur des formules alternatives. Elle exploite déjà une flotte de 10 food trucks permettant de desservir les secteurs et entreprises isolés. Par ailleurs, le groupe qui a réalisé l'an passé 68 millions d'euros de chiffre d'affaires mise sur les «corners». Ces petits satellites situés non loin d'un restaurant principal permettent de proposer de la restauration tout au long de la journée dans des magasins (Leroy Merlin, Décathlon), de grandes écoles (Centre national de la danse à Pantin) et aussi dans de grands groupes (Accor, BNP Paribas). L'enseigne travaille par ailleurs au développement de «restaurants automatiques».

Triporteurs, camions ou mini chariots, Alto café se spécialise dans les formats compacts. (DR.)
Triporteurs, camions ou mini chariots, Alto café se spécialise dans les formats compacts. (DR.) Alto Café: 70 cm2 pour 500 cafés

La petite chaîne Alto Café mise sur l'innovation et sur ses formats originaux pour apporter ses expressos à des clients en mouvement. La chaîne s'est fait connaître notamment par ses Alto Mobile, ces camions rouges ludiques proposant un large choix de boissons chaudes et de petite restauration. Elle dispose également de triporteurs et même d'un module ambulant Alto Mini, occupant moins de 1m² avec une autonomie d'un jour, soit 500 boissons. La formule a séduit notamment la SNCF et la RATP. Parmi les 18 points de vente de la chaîne, on trouve ainsi ce kiosque à roulette dans la gare de Lyon Part-Dieu mais aussi au sein de l'abribus du futur, installé au 17 boulevard Diderot (XIIe) à Paris. Quant au rêve de Tom Wallis, cofondateur de la chaîne, ce serait d'installer ses machines à café dans des ascenseurs. Mais entre le format réduit des ascenseurs français et les difficultés légales, le projet n'a pas encore pu aboutir.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant