La résistance du marché des entrepôts rassure les investisseurs

le
0

L'analyse du marché des entrepôts en France par DTZ souligne que 915.000m2 d'entrepôts ont été commercialisés au premier semestre soit un résultat similaire à celui de l'année dernière.

Du jamais vu depuis 10 ans, la ligne Nord-Sud (Ile-de-France, Lyon, Lille et Marseille) a vu son volume de demande placée baisser de 10% en un an, alors que les marchés périphériques ont su tirer leur épingle du jeu avec une hausse de 12% en un an.

Le volume d’offre immédiatement disponible atteint 2,9 millions de m² fin juin 2013 en France. L’Ile-de-France dominée par des locaux de seconde main concentre, à elle seule, la moitié de cette offre. En revanche, souvent liée à des pré commercialisations. la construction de plates-formes logistiques neuves reste faible.

Les valeurs locatives « prime » résistent plutôt bien. La faiblesse d'offres de qualité empêchant toute pression à la baisse y compris sur les marchés où l'offre est riche (Lyon, en Ile-de-France). Du point de vue de Stéphane Croxo, directeur de la logistique chez DTZ La dualité du marché logistique s'exprime aujourd'hui nettement "avec, d’un côté, des utilisateurs capables d’acquérir des plates-formes logistiques de dernière génération...et, de l’autre, des chargeurs et des prestataires logisticiens qui profitent de la situation de suroffre du marché pour négocier des discounts importants sur les valeurs locatives ».

Côté investissement, le marché des entrepôts enregistre un volume en hausse de 86% sur un an (448 M€ au 1er semestre 2013) tandis que la taille moyenne des transactions a baissé, en passant de 33M€ en 2012 à 22M€ au 1er semestre. Actifs et opportunistes, les investisseurs se positionnent sur la logistique en raison d'une concurrence moindre et d'une recherche de rentabilité meilleure (supérieure à 7%) que celle des bureaux (4,25% Paris QCA) et au commerce (4% en pieds d’immeuble à Paris).

D'après Magali Marton, Directrice des Etudes CEMEA de DTZ « La relative bonne résistance du marché des entrepôts est de nature à rassurer les investisseurs ; l’émergence de nouveaux bâtiments leur permet de se projeter dans des acquisitions, et ce sur fond de compétition acharnée entre acteurs historiques et fonds européens ou internationaux aux ambitions très fortes sur ce marché en Europe et en France plus spécifiquement. »

 

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant