La résistance de l'immobilier ne fait pas le bonheur de tous

le
44

Les prix de l'immobilier français, qui n'ont presque pas diminué depuis le pic de la bulle des années 2000, seraient en moyenne 15% trop élevés pour les personnes cherchant à accéder à la propriété.
Les prix de l'immobilier français, qui n'ont presque pas diminué depuis le pic de la bulle des années 2000, seraient en moyenne 15% trop élevés pour les personnes cherchant à accéder à la propriété.

Depuis le pic immobilier atteint en 2007, le prix des logements « anciens » en France n'a baissé que de 2% en moyenne. Un maintien rassurant pour la santé du secteur, mais qui empêche l'accès à la propriété pour ceux qui ont toujours été locataires.

La bonne tenue des prix de l'immobilier français tient de l'exception en Europe, rappelle Olivier Eluère, économiste au Crédit Agricole. La crise financière de 2008 n'a entraîné qu'une faible baisse des prix en 2009, rapidement compensée par une nouvelle phase de hausse sensible jusqu'en 2011. Cette résistance est remarquable alors que les prix en Irlande ont par exemple chuté de 50% sur la même période. Toutefois, cette résistance de l'immobilier ne fait pas le bonheur de tout le monde.

Le marché de l'immobilier se ferme aux nouveaux acheteurs

Ainsi, la demande de crédit immobilier s'effondre depuis deux ans et demi de la part des « primo-accédants », c'est-à-dire de ceux qui accèdent pour la première fois à la propriété. En mars 2012, 32% des crédits immobiliers étaient accordés à des « primo-accédants ». Désormais, ce chiffre n'est plus que de 18%, tout simplement dû à une chute de la demande.

A l'inverse, la proportion de crédits immobiliers accordés à des personnes déjà propriétaires a explosé. Ces crédits sont généralement consentis pour une durée courte, permettant aux personnes déjà propriétaires d'acheter un nouveau bien immobilier avant que leur précédent logement parvienne à être vendu.

Un constat de mauvais augure pour la santé du secteur immobilier : Olivier Eluère, sans se montrer alarmant, souligne que le marché « ne tourne plus » entre anciens et nouveaux propriétaires.

15% trop cher pour les nouveaux acheteurs

Selon Olivier Eluère, il faudrait une baisse de 15% des prix des logements anciens pour que de nouveaux acheteurs trouvent un intérêt à devenir propriétaires pour la première fois.

Le chiffre est calculé en comparant sur 20 ans les prix de l'immobilier avec le pouvoir d'achat des jeunes ménages. Le ratio calculé serait actuellement 15% plus élevé que la moyenne sur 20 ans. Cette statistique permet ainsi de chiffrer la plus grande difficulté à devenir propriétaire de nos jours par rapport aux dernières décennies.

Chute de la demande de logements neufs

Le manque d'accessibilité à la propriété de la part de nouveaux acheteurs provoque également un fort recul des constructions de logements neufs. Deux raisons expliquent cela : d'une part, le logement neuf coûte généralement plus cher que le logement ancien ; d'autre part, le taux d'accès à la propriété stagne en France, ce qui ne permet pas une extension du parc immobilier.

La demande de logement neufs a ainsi chuté de 40% depuis le pic de 2006-2007, ce qui entraîne le gel des nouvelles constructions, et donc moins d'activité dans le secteur immobilier.

Xavier Bargue

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4358281 le vendredi 31 oct 2014 à 14:33

    Le test des banques ..12% de chômage et 30% de baisse dans l'immo ..on va y arriver aux 2 chiffres

  • lio3 le mercredi 29 oct 2014 à 14:38

    Avoir favorise l immobilier dans l investissement a creer des rentes de situation a certaines castes qui se doivent aujourd hui de relancer l economie via des investissements directs dans les entreprises en actions cb private equity ce qui relancera l emploi et contrebalencera la deflation naturelle de notre vieille et rouillee economie europeenne l'Etat doit intervenir pour accompagner ce mouvement-ils sont deja en retard. Sinon l inflation monetaire de la BCE ne servira qu a gonfler des bulles

  • M5234001 le mercredi 29 oct 2014 à 13:36

    Encore un publi reportage issu d'un banquier (donc intéressé par des prêts. Si on exclu Paris et l'IDF, les prix en Provence sont revenus au prix de 2005 et ils sont encore trop hauts. M^me les notaires parlent de 30% de baisse à venir. Un bel article à lire http://www.immobilier-danger.com/La-baisse-des-prix-de-l-immobilier-778.htmlD'autre part les banques ne pretent plus sauf si on a un apport de 30% car elles anticipent tout simplement une baisse de 30!. Tout se tient donc.

  • alai4285 le mercredi 29 oct 2014 à 12:09

    RT2012= racket de l'accédant à la propriété pour enrichir les groupes de pression de l'immobilier...A cette norme, il fqaut ajouter les contingents de permis de construire imposés aux communes par le grenelle de l'environnement (NKM, Borloo)....

  • alai4285 le mercredi 29 oct 2014 à 12:05

    Exact, M3155433 - RT2012 = sanction pénale si la maison n’est pas étanche, si on ouvre les fenêtres l’hiver… Certification prévue par un cabinet privé, à payer dès le dépôt du permis de construire…Orientation au sud alors que les PLU prévoient un alignement le long de la route…interdiction de percer une paroi = pont thermique qui modifie le coefficient thermique….

  • M912955 le mercredi 29 oct 2014 à 10:57

    C'est sans compter que les gens sont incités à acheter encore un peu parce que les taux sont bas. Grave erreur pourtant, il faut acheter qd les taux sont hauts et l'immobilier bas (on peut tjrs renégocier son taux ensuite..)

  • M3155433 le mercredi 29 oct 2014 à 10:26

    JT de 20h= En 10ans l'augmentation des normes envahissantes et couteuses dans le batiment en France est responsable d'une hausse de 50% du prix des logements. C'est l'état qui est en cause ici , avec une reglementation thermique 2005 puis 2014 (logement etanche a l'air comme un sous marin!)puis obligation 1,5 place de parking par logement, puis acces handicapé(porte de 90cm,wc etc= +8% cout ),etc etc

  • M1103623 le mercredi 29 oct 2014 à 10:04

    Aujourd'hui, en zone tendue, un couple de jeunes ingénieurs ne peut pas acheter ce qu'un couple d'ouvriers pouvait acheter en 1998, elle est là la réalité.

  • berco51 le mercredi 29 oct 2014 à 09:56

    La courbe des revenus et celle des prix de l'immobilier se sont distendues de 30% , la correction arrive .

  • faites_c le mercredi 29 oct 2014 à 09:44

    "Désormais, ce chiffre n’est plus que de 18%, tout simplement dû à une chute de la demande." Mr Bargue et Mr Eluere devraient se demander à quoi est du la chute de la demande! Elle n'est manifestement pas due à l'augmentation des prix de l'immobilier qui a chuté de 2% par an d'après leurs données ni à l'augmentation des taux d'intérêts! Que reste-t-il? Uniquement les banques qui refusent de prêter de l'argent à 80% des primo accédants!