La République ne connaît pas de races, dit François Hollande

le , mis à jour à 16:50
17
FRANÇOIS HOLLANDE AU MÉMORIAL DU CAMP DES MILLES
FRANÇOIS HOLLANDE AU MÉMORIAL DU CAMP DES MILLES

LES MILLES, Bouches-du-Rhône (Reuters) - La République "ne connaît pas de races, ni de couleurs de peau", a dit jeudi François Hollande, au lendemain de la décision des Républicains de retirer à Nadine Morano son investiture pour les régionales de décembre pour ses propos sur la "race blanche".

"La République ne connaît pas de races, ni de couleurs de peau, elle ne reconnaît pas de communautés, elle ne connaît que des citoyens libres et égaux en droit", a dit le chef de l’Etat lors d'un déplacement dans les Bouches-du-Rhône. "Et ce principe n’est pas négociable et ne le sera jamais."

Dans un discours prononcé au camp des Milles, près d’Aix-en-Provence, d’où 2.000 juifs furent déportés vers Auschwitz, François Hollande a annoncé un texte avant la fin de l’année qui doit faire de "toute inspiration raciste ou antisémite" une "circonstance aggravante" aux infractions.

"J’ai demandé à la garde des Sceaux Christiane Taubira de préparer d’ici la fin de l’année un texte réformant le code pénal pour faire de toute inspiration raciste ou antisémite une circonstance aggravante pour une infraction, quelle qu’elle soit et quel qu’en soit l’auteur", a-t-il dit.

Dans un lieu d’histoire, où de nombreux intellectuels allemands et autrichiens furent les premiers internés du camp, François Hollande a pris soin de rappeler que "la première digue qui fut abattue fut celle des mots" dans les années 1930, une période durant laquelle on est passé "de l’exception à l’exclusion" pour aboutir à la fin de la République.

"Nous avons donc le devoir de refuser certains mots et de dénoncer les effets de ces mots: les divisions, les amalgames, les ressentiments, les exclusions, les discriminations", a-t-il poursuivi.

"Il y a des peurs en France et il ne sert à rien de les nier, ce serait même les aggraver. Ces peurs, je les comprends", a-t-il ajouté. "Nous sortons à peine d’une longue crise économique, avec un chômage élevé, avec beaucoup d’exclusion, d’inégalité, avec une sorte d’abandon pour certains de nos compatriotes."

Le président de la République, qui est venu pour la création d’une chaire Unesco consacrée à la mémoire de l'Holocauste, la quatrième créée au niveau mondial, a rappelé que la "mémoire citoyenne" n’était pas une "histoire exclusive qui écarterait les autres".

"Toute l’Histoire doit être transmise avec exactitude face aux faussaires et aux négationnistes", a-t-il dit.

(Jean-François Rosnoblet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M415325 le vendredi 9 oct 2015 à 09:41

    Mais qui. Va juger si les paroles sont racistes les copains magistrats . Ceux qui passent leurs temps à chercher des poux aux adversaires . La liberte en France sous ce gouvernement se délite ce n est pas Marine qui actuellement diminuent nos libertés c'est le PS . Et il a osé ce petit gros nous dire que certain veulent sortir de la démocratie alors que nous ne sommes plus en démocratie . Aller voir la démonstration sur Upr.fr et cet énarque le sait très bien.

  • M3553345 le vendredi 9 oct 2015 à 07:48

    cette photo qu elle honte

  • bsdm le jeudi 8 oct 2015 à 22:19

    Il a dit que la france " ne reconnait pas de communautés " alors qu'il mette ses actes en conformité avec ses paroles !!!

  • sense78 le jeudi 8 oct 2015 à 20:48

    Je ne sais pas si "la République ne connaît pas de races", mais elle est "gouvernée" par de sacrées k.rasses. Je pensais que ces petits voulaient prendre de la hauteur.

  • bern1616 le jeudi 8 oct 2015 à 18:58

    profite en françois te reste 2 ans K

  • brugere4 le jeudi 8 oct 2015 à 17:37

    et bien moi j'en connais une de race celle des menteurs ,des spoliateurs,des incompétents,des doctrinaires,des arriérés,des immobilistes ...... ie les SOCIALOS

  • pde-ramb le jeudi 8 oct 2015 à 17:26

    Nous sommes le pays de la liberté de pensée et d'expression. Alors ne la bridons pas de plus en plus, prenons le risque de la liberté, même si parfois cela peut gêner. Maintenant, on ne parle plus d'expression, mais d'inspiration, notion bien floue. Quand m. Valls parlait de guerre de civilisations, n'y avait-il pas une inspiration douteuse ?. Qu'aurait-on dit si MLP avait fait le même commentaire !. Chaque jour apporte son interdiction supplémentaire... jusqu'aux mégots dans la rue...

  • delapor4 le jeudi 8 oct 2015 à 17:20

    "Les c. ça ose tout, c'est même à ça qu'on les reconnait" (Audiard)

  • brinon1 le jeudi 8 oct 2015 à 17:19

    vous emploierez demain le mot RACE,6 mois de prison, vous emploerez par la suite le mot ALLOCHTONES, 6 mois de prison, vous emploierez votre verbe a dire si ce n'est des vérités passées, des états de faits historiques vous serez traduit en correctionnel... pour commencer. A quand l'échafaud pour ces messieurs de l'ACADEMIE FRANCAISE ?

  • benoitdh le jeudi 8 oct 2015 à 17:15

    Interdire des mots? Lénine, Staline le faisaient!