La reprise s'accélère pour les promoteurs

le
1

La Fédération des promoteurs immobiliers enregistre son troisième trimestre de hausse des ventes. Ces bons résultats s’expliquent très largement par le retour des ­investisseurs.

Pour un peu, les promoteurs immobiliers retrouveraient presque le sourire. Ce jeudi, la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) annonçait que les ventes de logements neufs avaient grimpé de 19,3 % sur un an au premier semestre. Une hausse qui s’élève même à 23,1 % sur le deuxième trimestre. Déprimée depuis la crise financière de 2008, la construction neuve affiche ainsi trois trimestres consécutifs de hausse.

Ces bons résultats s’expliquent très largement par le retour des investisseurs vers la pierre. À eux seuls, ils pèsent 24.749 ventes au premier semestre, soit 51 % du total des ventes au détail sur cette période et, surtout, une progression de 66,2 %.

Dynamique à consolider

«On voit là clairement le succès du dispositif Pinel, notamment grâce à la disposition permettant à l’acquéreur de louer son logement à un ascendant ou un descendant, estime Alexandra François-Cuxac, présidente de la FPI. Et les investisseurs sont aussi rassurés par la suppression de l’encadrement des loyers, hors de Paris et Lille.» Un impact qui n’a cependant pas été mesuré précisément.

Une tendance favorable déjà affichée ce mardi par le ministère du Logement qui dans son enquête trimestrielle sur la commercialisation des logements neufs faisait état d’un bon de 23,4 % des réservations d’appartements au deuxième trimestre. Avec 24.500 réservations, c’est le meilleur résultat observé depuis fin 2011. Et celui-ci aussi indique un retour des investisseurs, puisque ce sont les studios - l’un de leur produit favori - qui progressent le plus (+ 36,8 %).

Tous les indicateurs sont pourtant loin d’être au vert. «Cette dynamique reste à consolider», précise la présidente de la FPI. Au rang des préoccupations principales: le retour encore très timide des primo-accédants. La progression de 5 % par rapport au premier semestre 2014 est jugée «atone» et «insuffisante» par les promoteurs. Pour la doper, les promoteurs devront s’efforcer de produire des «logements abordables, y compris pour les ménages les plus modestes». Au final, malgré le retour en force des investisseurs, les ventes globales dépassent tout juste le niveau de 2011, année tout à fait moyenne.

Par ailleurs, les ventes de résidences services (résidences de tourisme, étudiants, seniors…) sont en recul tout comme les ventes en bloc (principalement des HLM). Et, enfin, pour que l’embellie soit durable, il faudrait aussi qu’elle se traduise par le lancement de nouveaux programmes. Or, pour l’instant, le stock de logements disponibles est encore en baisse (- 1,7 %) surtout du fait du recul du nombre de logements en projets (- 10 %). Comme le rappelait Martin Bouygues lors de la présentation des résultats semestriels du groupe de BTP, l’effet de ce «fort redémarrage» ne se fera sentir sur le terrain que vers «mi-2016».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M415325 le vendredi 28 aout 2015 à 08:13

    Combien de travailleurs détachés dans les chantiers de construction. Les charges sociales payées â l étranger et conséquences : les caisses de retraites l'ASSEDIC la SS en déficits. Bravo la nos hommes politiques La gauche pour palier à cette catastrophe solution augmenter les impôts la droite la TVA sociale â l arrivée les Français payent bravo nos hommes politiques