La reprise du BTP à l'épreuve de la crise égyptienne

le
0
Les acteurs de la construction affichent leur optimisme pour 2011, estimant que l'impact de la crise au Moyen-Orient sera «limité». Certains analystes préviennent toutefois que l'Egypte pourrait bien être le baromètre du secteur cette année.

Confiance et optimisme. De Bouygues à Vinci, en passant par Lafarge, Saint-Gobain, Vicat ou Ciments Français, la récente vague de publication de résultats annuels dans le secteur de la construction s'est conclue sur des perspectives plutôt positives pour 2011. «Je suis convaincu que le retour à la croissance, encore très contrastée l'an dernier, va se confirmer cette année», affirmait ainsi Pierre-André de Chalendar, PDG de Saint-Gobain, dans une interview au Figaro , au lendemain de la publication des résultats annuels du groupe. Le géant diversifié Bouygues vise pour sa part une hausse de ses ventes de 2% en 2011, tirée par la construction et les télécoms. Les perspectives sont également très favorables chez Lafarge, qui «anticipe sur ses marchés une croissance de la demande de ciment comprise entre 3% et 6%» pour l'année en cours.

Pour les analystes de Natixis, en revanche, l'horizon n'est peut être pas si dégagé pour la filière du BTP. Selon eux, le «m

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant