La répression financière menace l'argent des épargnants

le
0
Eric Bourguignon, directeur général de Swiss Life Asset Managers France (©DR)
Eric Bourguignon, directeur général de Swiss Life Asset Managers France (©DR)

Swiss Life obtient cette année le Trophée d’Or de la meilleure gamme de fonds Obligations euro sur trois ans décerné par Le Revenu. Eric Bourguignon, directeur général de Swiss Life Asset Managers France, a bien voulu répondre à nos interrogations sur l’évolution future des taux d’intérêt et sur l’avenir des placements obligataires. 

Le Revenu: Avec des taux d’intérêt négatifs, peut-on parler de « répression financière » ?

Eric Bourguignon : Absolument, le fait que le prêteur doive payer de l’argent à son emprunteur défie la logique et l’entendement. L’histoire économique n’a jamais connu un tel phénomène qui porte aujourd’hui sur des milliers de milliards d’euros. Les grands bénéficiaires de ces taux négatifs sont les Etats confrontés à un endettement colossal. Mais grâce à la manne des Banques centrales, le financement facilité des Etats crée de nombreux effets pervers et ne les incite pas à engager des réformes de structures souvent impopulaires.      

Le Revenu: La dette publique des pays dits périphériques est elle encore attrayante ?

Eric Bourguignon : Il faut être très prudent. La rémunération des dettes périphériques en zone euro n’est pas suffisante pour justifier l’investissement. La convergence des rendements est en effet largement artificielle, entretenue par les achats

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant