La réponse de Noyer aux eurosceptiques

le
0
INTERVIEW - Pour le gouverneur de la Banque de France, la crise grecque doit conduire à renforcer l'intégration financière de l'Europe.

Pour le gouverneur de la Banque de France les réformes de fond entreprises par la Grèce nécessiteront dix-huit mois pour produire leurs effets, ce qui oblige les bailleurs du pays à envisager un allongement de la durée de leur aide financière. Il bat en brèche l'idée selon laquelle pour s'en sortir la Grèce doit quitter la zone euro.

LE FIGARO. - Est-il réaliste de penser que la Grèce pourra réellement rembourser ses dettes?

Christian NOYER. - Absolument. L'effort de réduction des déficits doit être poursuivi. Le plan d'assainissement est crédible, il appartient au gouvernement grec de trouver un équilibre entre l'augmentation des recettes et la réduction des dépenses. Il existe des marges de man½uvre: améliorer le recouvrement de l'impôt et engager des privatisations, lesquelles constituent la façon la plus rapide et la moins douloureuse de réduire l'endettement public. L'an dernier, le gouvernement est parvenu à réduire le déficit de 5% du PIB ce qui

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant