La rentrée ratée du gouvernement

le
1
Cotes de confiance en baisse, interrogations au sein même du gouvernement, erreurs stratégiques... François Hollande et Jean-Marc Ayrault sèment le doute.

«Il faut arrêter avec la normalité!» Ce jugement ne vient pas d'un dirigeant de l'UMP en mal de critiques contre François Hollande. Ni même d'un Jean-Luc Mélenchon impatient de prendre sa revanche sur son ancien camarade socialiste. C'est un ministre qui le prononce à la fin de la semaine dernière, afin d'illustrer la nécessité pour le président de la République de changer rapidement de stratégie.

Officiellement, les ministres assurent évidemment que le chef de l'État et son premier ministre ont pris la mesure de la gravité de la crise et gèrent parfaitement la délicate séquence de la rentrée. Le discours de François Hollande à Châlons-en-Champagne vendredi dernier n'est-il pas la preuve que l'exécutif a entendu le message des Français et qu'il a su réagir rapidement? «Les hésitations ont été levées à Châlons», veut croire un membre du gouvernement. Peut-être. Mais il ne faut pas les pousser loin dans leurs retranchements pour que certains ministres r

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le vendredi 7 sept 2012 à 12:30

    INAPTOCRATIE…je vous la remets de temps en temps, car elle résume bien la situation, et tout ce que l’on peut se raconter, ni changera rien…et C au niveau des capacités à gouverner qu’il faut agir, et là, malheureusement, on rate souvent le « coche », par idéologie mal placée, doublé d’un sectarisme et d’un reniement à toute épreuve des réalités…Enfin, bon courage Q même, LA FIN EST PROCHE !!!...