La rémunération du directeur général de Sanofi sifflée à l'AG

le
0
LA RÉMUNÉRATION DU PATRON DE SANOFI VIVEMENT CONTESTÉE LORS DE L'AG
LA RÉMUNÉRATION DU PATRON DE SANOFI VIVEMENT CONTESTÉE LORS DE L'AG

PARIS (Reuters) - L'assemblée générale du groupe pharmaceutique Sanofi a été perturbée vendredi par de multiples interventions de salariés actionnaires qui dénonçaient la suppression prévue de 914 emplois en France d'ici 2015.

C'est sous les huées qu'a été présentée à l'assemblée la rémunération du directeur général Christopher Viehbacher.

Pour 2012, celle-ci a atteint 2,27 millions d'euros pour sa part variable en plus d'un salaire fixe de 1,25 million d'euros.

Le comité des rémunérations de Sanofi a estimé que le directeur général avait atteint ses objectifs, sur le plan financier et au niveau des performances de la R&D mais aussi en termes d'évolution de la motivation des salariés.

Traité alors de "profiteur financier" par quelqu'un dans la salle, Christopher Viehbacher a défendu le plan de restructuration du groupe en France en assurant que son but était de rendre la recherche "plus efficiente".

Chris Viehbacher, qui fait partie des dirigeants du CAC 40 les mieux rémunérés, recevra en 2013 une rémunération fixe de 1,26 million d'euros. La part variable, elle, doit représenter 200% de la part fixe, et "l'organisation du groupe et le plan de succession des postes clés du groupe" figurent parmi les objectifs fixés.

La cour d'appel de Paris a ordonné en mars la reprise des procédures d'information et de consultation du comité central d'entreprise de Sanofi concernant le plan social.

En Bourse, Sanofi a clôturé vendredi à 84,8 euros, en hausse de 1,72%.

Noëlle Mennella, édité par Dominique Rodriguez

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant