La rémunération des dirigeants du CAC 40 se maintient à un haut niveau en 2011

le
1
(NEWSManagers.com) - La rémunération totale moyenne des présidents exécutifs du CAC 40 s'est établie à 4,24 millions d'euros pour les chiffres de l'exercice 2011 publiés en 2012, en hausse de 4% par rapport à l'exercice précédent où elles avaient fait un bond de 33%, selon le rapport annuel de Proxinvest sur la rémunération des dirigeants des sociétés du SBF 120.
Retraitée des indemnités de départ, la rémunération moyenne totale baisse toutefois de 3%, baisse dont l'ampleur aurait pu être plus significative au regard d'un exercice 2011 marquée par une baisse des multiples de valorisation, une crise bancaire, une baisse de 17% du CAC 40 et un recul de 10% des bénéfices nets cumulés
L'étude européenne rédigée par Proxinvest et ses partenaires européens du Expert Corporate Governance Service (EGCS) montre que la rémunération des dirigeants des sociétés cotées européennes a diminué un peu plus fortement, de 5%, pour se situer à 3,7 millions d'euros en 2011. La rémunération des dirigeants français se situe à la sixième place dans ce comparatif européen.

Quatorze dirigeants français en 2011, contre onze en 2010, atteignent ou dépassent le plafond de Proxinvest de 240 SMIC, soit actuellement 4,6 millions d'euros. Maurice Lévy de Publicis est exceptionnellement en tête avec le versement anticipé de ses bonus différés qui portent à 19,6 millions d'euros sa rémunération totale après 6,2 millions d'euros en 2010. Viennent ensuite Carlos Ghosn ( Renault), avec 13,3 millions d'euros (+38% d'une année sur l'autre), dont la rémunération chez Nissan demeure mal définie, et Bernard Charlès ( Dassault Systèmes), avec 10,9 millions d'euros (+15%).

Proxinvest observe la hausse continue des rémunérations fixes qui a un effet multiplicateur sur le long terme sur les autres rémunérations. Le fixe moyen des dirigeants du CAC 40 franchit en 2011 le million d'euros, cette part fixe progressant plus vite que l'inflation, de 9,4% depuis 2006.
Les bonus annuels au titre de 2011 ont baissé de 8,6%. Malgré cette baisse, les bonus annuels sont restés à un niveau élevé, représentant 124% du fixe, dépassant même le bonus cible moyen de 116% du fixe déterminé par les comités de rémunération en début d'exercice.

On note par ailleurs la poursuite de l'extinction du recours aux options d'achat ou de souscription qui sont passées dans le CAC 40 de 51,5% de la rémunération totale en 2006 à 11,5% ou 487.000 euros en 2011. La rémunération en actions gratuites est elle passée de 3,7% du total en 2006 à 15,9 % ou 873.000 euros en 2011.
La rémunération moyenne de 4,2 millions d'euros d'un président exécutif du CAC 40 se décompose en 2011 en 24% de rémunération fixe, 32% en variable annuel, 16% d'autres avantages, 16% en actions gratuites et 12% en options. On remarque parallèlement le recours croissant aux versements pour partie différés d'espèces indexés sur l'action, lesquelles échappent à tout contrôle de l'assemblée générale des actionnaires. Au niveau européen, la part variable représente 49% du total de la rémunération en Allemagne contre seulement 16% au Royaume-Uni.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M5462830 le lundi 17 déc 2012 à 12:27

    des avantages pour les patrons , des actions gratuites toujours pour les patrons et les smicards ils n'ont rien ... Le PS a encore du boulot ... reveillez-vous