La relaxe requise au procès Chirac

le
0
Au procès des emplois fictifs de la Mairie de Paris, le parquet a blanchi tous les prévenus.

Peut-on rire en écoutant le réquisitoire prononcé hier au procès de Jacques Chirac et de ses neuf coprévenus ? Non contents de soutenir qu'il n'y avait, à la Mairie de Paris, «pas de système mis en place dans un but frauduleux» - pourquoi pas ? -, les deux représentants du ministère public, Michel Maes et Chantal de Leiris, se sont employés à présenter la gestion des chargés de mission comme un quasi-modèle administratif.

Le premier, chef de la section financière du parquet de Paris, se lève à 13 h 35. M. Maes rappelle que les réquisitions écrites rendues dans le cadre de l'instruction prônaient la relaxe générale. Puis, il propose au tribunal un petit cours de droit au bénéfice implicite de Jacques Chirac: «Il n'y a point de crime ou de délit sans intention de le commettre.» Et c'est parti pour deux heures et demie époustouflantes, durant lesquelles les orateurs apparaissent comme les plus acharnés défenseurs de la présomption d'innocence, au gra

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant