La région Pays de la Loire coupe les vivres au festival LGBT

le
0
La région Pays de la Loire coupe les vivres au festival LGBT
La région Pays de la Loire coupe les vivres au festival LGBT

Le conseil régional des Pays de la Loire, présidé par Bruno Retailleau (Les Républicains), a décidé ce vendredi de suspendre la subvention d'un festival de cinéma organisé par le centre LGBT (Lesbien gay bi et Trans) de Nantes, en raison du positionnement de ce dernier sur la gestation pour autrui (GPA ou recours à une mère porteuse).

«Organiser une réunion pour donner un maximum d’informations sur le recours à la GPA, comme l’a fait le centre LGBT le 27 novembre dernier, n’a rien d’un acte anodin (…). Le Conseil régional ne peut subventionner une association qui refuse de s'engager sur le respect de la loi républicaine en faisant la promotion de la GPA», a indiqué dans un communiqué Bruno Retailleau, le nouveau président de la région, qui a succédé en décembre au socialiste Jacques Auxiette.

#CinePride On ne peut subventionner 1 association qui refuse de s’engager sur le respect de la loi républicaine.#GPAhttps://t.co/NkWs9lJ025— Bruno Retailleau ن (@BrunoRetailleau) 28 avril 2016

«Nous étions prêts à revoir notre position s'ils s'engageaient formellement à ne plus promouvoir la GPA. Comment une association qui demande une subvention sur fonds publics peut-elle refuser de s'engager sur le respect de la loi ?», demande Bruno Retailleau.

Réagissant aux critiques de cette décision par l'ancienne majorité régionale, notamment socialiste, Bruno Retailleau ajoute : «tout en affirmant que cette pratique restera interdite, les socialistes refusent de la dénoncer clairement et de la combattre concrètement, quand ils ne favorisent pas dans les faits son développement (...) Je ne lâcherai rien car je considère que c'est un combat de civilisation».

«Cette décision nous l'assumons, car c'est la décision du respect de la loi, du respect du droit et notamment du droit des femmes à ne pas voir leur corps devenir l'objet d'une marchandisation», a écrit pour sa part Laurence Garnier, la présidente ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant