La région dévastée par le tsunami s'enfonce dans le pessimisme

le
0
REPORTAGE - Dans la préfecture de Miyagi, la région la plus meurtrie par le tremblement de terre, tout commence à manquer. Et les camps de sans-abri sont dans des situations de plus en plus précaires.

La région du Tohoku était une des perles touristiques du Japon. Sa nature relativement préservée, à côté du chaos urbain que sont les mégalopoles japonaises, en faisait un lieu de retraite bucolique pour les citadins chics nippons. Les brochures vantaient ses onsen (bains chauds), aux vertus roboratives, sa vie communautaire, rythmée par les festivals matsuri, et sa gastronomie riche en poissons excellents. Elle avait pour elle les montagnes et la mer. La santé de ses habitants, en particulier dans la préfecture de Miyagi, était admirée dans tout le pays.

Aujourd'hui, le tsunami a balayé ces images, et la région la plus meurtrie par le tremblement de terre historique (9 sur l'échelle de Richter) de vendredi dernier s'enfonce dans la pénurie et le pessimisme. Tout commence à manquer. La compagnie d'électricité locale Tohoku Electric a mis en place, à l'instar de Tokyo Electric dans la région éponyme, un système de rationnement de courant pour la première fois de

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant