La réforme territoriale peut-elle vraiment générer des économies ?

le
69
L'Élysée s'est prudemment gardé de désigner les noms tout comme les chefs-lieux des nouvelles régions. Ils devraient être fixés par décrets.
L'Élysée s'est prudemment gardé de désigner les noms tout comme les chefs-lieux des nouvelles régions. Ils devraient être fixés par décrets.

"Je pense que ça serait une erreur de rentrer dans la réforme territoriale en disant on va faire des économies." L'avertissement vient du président PS de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, sur France Info mercredi. Depuis quelques jours, les responsables de l'exécutif et de la majorité s'efforcent de reléguer au second plan l'objectif budgétaire de la nouvelle mouture de la réforme territoriale. Dans sa tribune à la presse régionale dévoilant les contours de la réforme, François Hollande lui-même n'en dit d'ailleurs pas un mot.

Pourtant, début mai, le secrétaire d'État à la Réforme territoriale, André Vallini, avait avancé des chiffres impressionnants : "Le budget des collectivités locales représente au total 250 milliards d'euros. Les meilleurs spécialistes pensent qu'en tablant sur des économies d'échelle et des suppressions de doublons qui pourraient à terme représenter de 5 à 10 %, on arrive à un gain annuel de 12 à 25 milliards d'euros à moyen terme." Mardi, il a revu son hypothèse à 10 milliards. Avant de préciser : "Ça va prendre des années."

Le département lentement vidé de sa substance

Alors, quelles économies peut-on vraiment attendre de la nouvelle mouture de la réforme territoriale ? Mine de rien, François Hollande vient de renvoyer la suppression des conseils généraux - et non pas du département lui-même - aux calendes grecques avec une réforme constitutionnelle programmée trois ans après...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • 445566ZM le jeudi 5 juin 2014 à 15:58

    Les socialistes ont trouvé un sujet pour vous faire bla-blater. Vous ne voyez donc pas que le système vacille ? Il suffit que certains contribuables refusent de payer et la notation de la dette française baisse, ce qui augmentera le taux des emprunts. Le gouvernement, est il capable de s'endetter à 6 % ? Ou de payer 1 milliard supplementaire d'intérêts chaque mois ? Il faut prendre des décisions courageuses maintenant, dans 6 mois: trop tard.

  • trador8 le jeudi 5 juin 2014 à 13:55

    "gyere" c'est ce qu'ils devraient faire.Mais comment imaginer un seul instant ces profiteurs de socialistes (ou ump) faire une vraie réforme visant à supprimer réellement les doublons? Ils ont reporté la suppression des conseillers régionaux à 2020. Autant dire qu'ils ne le feront jamais et de + vont créer de nouveaux doublons pour les copains des supers régions. Bref tour de passe passe pour prétendre faire des économies en ajoutant des dépenses et des gens inutiles ! BRAVO Hollande !

  • gyere le jeudi 5 juin 2014 à 11:13

    La création de préfets de région ne s'impose pas, la représentation de l'autorité de l'Etat peut rester aux départements qui n'auront plus d'autre prérogative. Les fonctionnaires départementaux doivent rejoindre les régions.

  • gyere le jeudi 5 juin 2014 à 11:09

    Il aurait fallu remettre le problème à plat. Supprimer les régions et leurs élus milticumulards ainsi que la cohorte de fonctionnaires créée à cette occasion. Ensuite créer les nouvelles région en fonction des affinités historiques et culturelles et organiser au printemps, les élection à mandat unique non renouvelable!!!

  • b.renie le jeudi 5 juin 2014 à 08:51

    Cela est certain si on ne s'arrête pas à la réduction du nombre des régions. Ce doit être le premier pas suivi de la disparition des départements puis de la définition précise des tâches attribuées aux communes, aux régions et au Sénat car il faut réécrire le bi-camérisme. A quoi sert le Sénat ? question que se posent tous les citoyens. Cet aggiornamento entraînera une simplification de l'Administration donc des procédures. C'est là que résident les économies désirées par les contribuables

  • M1822368 le jeudi 5 juin 2014 à 07:36

    En théorie oui. En pratique, probablement non !

  • domin288 le mercredi 4 juin 2014 à 18:19

    Les petites structures ne coutent pas cher à entretenir, elles sont malléables, mais il est vrai qu’un directeur de celle-ci gagnera énormément moins qu’un d’une grosse structure.

  • domin288 le mercredi 4 juin 2014 à 18:18

    Plus c'est gros, plus cela coute cher, plus les dépenses augmentent. Celles ci risquent de tripler en passant à 14 régions. Il fallait supprimer les départements, redonner aux cantons leurs pouvoirs. La diminution des communes est un faux problème qui ruine les Pays Bas, la Belgique et la Grande Bretagne. Elle permet juste d’augmenter les dépenses en proportion de leur capacité budgétaire. Regardez la débâcle financière des mastodontes tels les CHU et CHR.

  • M8595764 le mercredi 4 juin 2014 à 17:47

    les régions n'auraient jamais dû exister,car elles avaient été rejetées par le non au referendum de 1969,provoquant le départ du général De Gaulle;mais en France on se moque des résultats de referendum,car on a recommencé en 2005.

  • gyere le mercredi 4 juin 2014 à 17:30

    la manière de faire est trop coûteuse pour permettre la moindre économie. Les socios ne VEULENT pas faire d'économie, la preuve, ils viennent de créer un nouveau secrétariat d'état pour placer un copain!!