La réforme ferroviaire à l'Élysée

le
1
Le gouvernement propose d'organiser un nouveau groupe public ferroviaire en trois établissements publics à caractère industriel et commercial (Epic).

Le ministre des Transports, Frédéric Cuvillier, lèvera ce matin en Conseil des ministres le voile sur son projet de réforme ferroviaire, destiné à simplifier le rail français, aujourd'hui écartelé entre la SNCF, d'une part, et Réseau ferré de France, le gestionnaire des voies, d'autre part.

Selon nos informations, le gouvernement propose d'organiser un nouveau groupe public ferroviaire en trois «Épic», ces établissements publics à caractère industriel et commercial. Un Épic «de tête» jouera le rôle d'un holding avec sous sa responsabilité deux Épic «fils»: l'opérateur ferroviaire, c'est-à-dire la SNCF, et le «gestionnaire d'infrastructures unifié» (GIU).

Un schéma proche de celui que Guillaume Pepy, le président de la SNCF, et Jacques Rapoport, celui de RFF, ont soumis au premier ministre en avril d...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4896128 le mardi 28 mai 2013 à 22:56

    Il y avait la SNCF, de plus en plus déficitaire. On créé RFF à côté pour mieux cerner les coûts d'infrastructure et les coûts d'exploitation. Au passage, on créé des emplois de fonctionnaires, les transferts de personnel n'ayant pas accompagné les transferts de compétences... Maintenant, on va créer une holding pour chapeauter la SNCF et RFF (toutes deux déficitaires!)... et des emplois de fonctionnaires!!! Une histoire de Shaddoks que seuls les énarques peuvent mettre en œuvre!