La réforme du travail enflamme les Grecs

le
0
Des milliers de Grecs et même l'armée manifestaient mercredi dans les rues d'Athènes, alors que les enseignants, professeurs et pharmaciens étaient en grève.

L'Europe et le FMI n'y vont pas de main morte à Athènes, imposant au gouvernement Samaras des réformes sans précédent en échange du versement de la tranche de 31,5 milliards d'euros d'aide indispensable pour payer les salaires du public, les retraites et éviter la faillite du pays.

Parmi ces réformes, celle du travail provoque un véritable tollé dans le pays. «Maintenant, les licenciements dans le public et le privé se feront sans dédommagements, même après 40 ans de travail. Il faudra compter six jours hebdomadaires de travail et l'âge de la retraite est fixé à 67 ans», explique Alexis Mitropoulos, professeur de droit du travail à l'université d'Athènes. «Le pire, c'est l'instauration de la division des heures de travail en temps réel ou non. Concrètement, si une caissière ne sert pas de client au supermarché ou qu'elle n'a pas de fourniture à ranger, ce temps d'attente sera considéré comme travail non réel. Elle ne sera donc pas rémunérée pour hu

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant