« La réforme du collège, qu'on le veuille ou non, se fait »

le
0
« La réforme du collège, qu'on le veuille ou non, se fait »
« La réforme du collège, qu'on le veuille ou non, se fait »

Avec un large sourire et un ton plus offensif qu'à l'accoutumée, Najat Vallaud-Belkacem a accueilli mercredi une poignée de journalistes Rue de Grenelle, dont ceux de notre quotidien, pour une rencontre de près de deux heures. Un exercice de conviction, destiné à défendre pied à pied un bilan promis, elle le sait, à de vifs débats pendant la campagne présidentielle.

 

C'est votre dernière rentrée en tant que ministre de l'Education de ce gouvernement. Comment l'abordez-vous ?

NAJAT VALLAUD-BELKACEM. Avec beaucoup d'enthousiasme et même une forme d'impatience. C'est la première rentrée où l'ensemble de notre refondation de l'école va se voir dans sa cohérence. Les conditions sont réunies pour que cette rentrée se passe de manière apaisée. Depuis un an, on sent les effets sur le terrain des moyens supplémentaires que nous avons donnés.

 

Des établissements seront en grève le 8 septembre contre votre réforme du collège. Comment peut-elle s'appliquer sans l'adhésion de ceux qui sont censés la porter ?

Cette réforme fait partie d'un ensemble très cohérent, et qu'on le veuille ou non elle se fait dans l'intérêt des élèves. Nous donnons 20 % d'autonomie aux établissements pour choisir une offre pédagogique pertinente, des temps d'enseignement pluridisciplinaire (EPI) et d'accompagnement personnalisé des élèves. En même temps, nous instaurons de nouveaux programmes et une évaluation qui correspondent à ces nouvelles pratiques. On estime que les réticences et les difficultés à appliquer la réforme concernent encore entre 5 et 10 % des collèges. Nous continuerons de les accompagner. Nous avons déjà consacré 700 000 jours de formation (NDLR : pour 215 000 professeurs des collèges publics et privés) afin de préparer la réforme. C'est inédit.

 

En quoi réduit-elle les inégalités ?

Pour réduire les inégalités à l'école, il faut bien sûr traiter les établissements les plus en ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant