La réforme cacaoyère trouve ses marques

le
0

(Commodesk) Le gouvernement ivoirien va alimenter à hauteur de 47 milliards de franc CFA (71,65 millions d'euros) le fonds de réserve de la campagne café/cacao 2012-2013, en accord avec ses bailleurs internationaux.

Cette somme vise à garantir la pérennité du système de commercialisation de la récolte cacaoyère mis en place ce printemps, dont 60% des recettes devraient revenir aux producteurs. Pour mémoire, les ventes anticipées aux exportateurs donnent un prix moyen sur la saison, à partir duquel est calculée la part des cultivateurs.

L'Association nationale des producteurs de café-cacao pose la question : à quoi servent les 40% restants sur le prix de vente du cacao ?, à quoi Ismaël Bamba, directeur des opérations techniques au Conseil café-cacao répond que 20% du verger cacaoyer est vieillissant et qu'il y est urgent de le régénérer.

Ayant le sentiment que la voix des paysans n'est pas entendue au sein du Conseil café-cacao qui va définir le prix payé au bord du champ, l'Anaproci menace de perturber la prochaine campagne, dès son démarrage en octobre

Le cacao ivoirien fait vivre quatre millions de personnes, d'après les statistiques officielles.

Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant