La refiscalisation des «heures sup» touche aussi les profs

le
4
Les heures supplémentaires, assorties jusqu'alors d'une exonération fiscale, permettent à une certaine catégorie d'enseignants de tirer leurs revenus vers le haut.

Avec l'abandon annoncé de la défiscalisation des heures supplémentaires, l'une des mesures phare du quinquennat Sarkozy, les enseignants vont perdre en pouvoir d'achat. Mais tous ne sont pas égaux face à ce dispositif attractif mis en place en 2007.

Ces heures supplémentaires, qui représentent 1,3 milliards d'euros et quelque 15.000 emplois ne seront pas supprimées, a affirmé le ministre de l'Éducation, Vincent Peillon lors de son audition la semaine dernière devant la commission de la culture, de l'éducation et de la communication du Sénat, tout en précisant qu'il soutenait ces mesures de défiscalisation, «au nom de l'emploi».

Évoquant par ailleurs une «répartition inégale», il a observé que ces heures supplémentaires, jusque-là assorties d'une exonération fiscale, avaient davantage bénéficié aux professeurs du secondaire qu'aux professeurs des écoles. «Elles sont allées davantage aux professeurs des grands lycées de centre-ville, qu'aux jeunes capésien

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • rodde12 le mercredi 18 juil 2012 à 17:16

    Il est scandaleux que des gens qui font des mi temps bénéficient d'heures suplémentaires. mais il est amusant de voir la gôche se tirer une balle dans le pied.

  • jfvl le mercredi 18 juil 2012 à 16:22

    hé oui ce n'était pas réservés qu'aux TRAVAILLEURS qui dépassés le 35 heures

  • groundze le mercredi 18 juil 2012 à 12:31

    la gauche s'appuie sur ses electeurs MDR

  • bercam01 le mercredi 18 juil 2012 à 11:02

    Tant mieux, il n'y a aucune raison pour qu'ils échappent aux conséquences de leur vote...