La Redoute prévoit la suppression de 1.178 postes

le
1
QUELQUE 1.178 SUPPRESSIONS DE POSTES À LA REDOUTE
QUELQUE 1.178 SUPPRESSIONS DE POSTES À LA REDOUTE

par Pascale Denis

PARIS (Reuters) - La direction de La Redoute a présenté jeudi à ses représentants du personnel un plan de redressement passant par la suppression de 1.178 postes sur un total de 3.430 dans le monde.

Le spécialiste de la vente à distance, cédé pour un euro symbolique au management de l'entreprise par Kering en décembre 2013, précise dans un communiqué que des dispositifs de préretraites et des plans de départs volontaires devraient permettre de limiter les licenciements secs à un montant inférieur aux 672 départs contraints intervenus en 2008, lors d'un précédent plan de restructuration.

Kering, qui n'avait pas donné le montant précis de sa recapitalisation de La Redoute, va y injecter 315 millions d'euros, auxquels s'ajoutera le financement des mesures d'accompagnement social des salariés concernés.

Le groupe de luxe et de mode sportive, propriétaire de Gucci, Yves Saint Laurent ou Puma, notamment, avait déjà injecté plus de 400 millions d'euros dans sa filiale de vente à distance.

Un plan de suppression d'effectifs concernera aussi Relais Colis, prestataire de service chargé de la distribution des commandes aux relais de proximité, également repris par Nathalie Balla, PDG de La Redoute, et Eric Courteille, secrétaire général de sa maison-mère Redcats.

Il prévoit la suppression de 172 postes en 2014 et 2015, sur un effectif total de 570 salariés.

Les syndicats du vépéciste ont exprimé leur colère et se sont dits "stupéfaits" par l'ampleur des suppressions de postes annoncées. "C'est énorme, on s'attendait à moins. On nous parle de limiter les départs contraints, mais le chiffre sera plus important si les salariés n'acceptent pas les conditions proposées", a déclaré à Reuters Jean-Claude Blanquart (CFDT).

"COUP DE MASSUE"

Pour Fabrice Peeters (CGT), il s'agit d'un "coup de massue. "Pinault (PDG de Kering) a vidé les caisses pendant des années, c'est à lui de payer, pas à nous".

Pour les dirigeants de La Redoute, qui visent un retour à la croissance dès 2016, la stratégie consiste à "accélérer la modernisation du modèle commercial et (...) proposer une offre et un service compétitifs et différenciants".

Touchée de plein fouet par la concurrence des "pure players" du e-commerce et victime d'un outil logistique vieillissant, La Redoute voit son chiffre d'affaires baisser de 10% par an depuis six ans et accumule les pertes depuis 2008.

Ses ventes totalisaient 1,1 milliard d'euros en 2012, dont 800 millions en France, et sa perte s'élevait à 50 millions.

La société emploie 2.600 personnes en France, réparties entre les opérations logistiques et le siège de Roubaix (Nord).

L'entreprise dit vouloir simplifier son modèle opérationnel, avec une meilleure intégration des métiers du e-commerce et du marketing client. Elle souhaite aussi créer, à horizon 2016, un nouvel outil logistique.

La Redoute, qui revendique la place de premier site de vente en ligne en France pour l'habillement et la maison, entend aussi poursuivre les efforts déjà entrepris sur son offre commerciale visant les femmes de plus de 30 ans, avec notamment des collections signées par des stylistes de renom.

Kering a averti mi-novembre que son résultat net part du groupe 2013 serait en forte baisse par rapport à 2012, plombé par ses engagements concernant La Redoute et par des charges exceptionnelles passées par sa filiale Puma, elle aussi en difficulté.

Avec Pierre Savary à Lille, édité par Jean-Michel Bélot

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2280901 le jeudi 9 jan 2014 à 16:25

    Hollande va créer 2000 emplois aidés aux frais des contribuables et cela ne se verra pas sur la courbe du chômage