La Redoute : la direction refuse de négocier tant qu'un site reste bloqué

le
1
La Redoute : la direction refuse de négocier tant qu'un site reste bloqué
La Redoute : la direction refuse de négocier tant qu'un site reste bloqué

Le bras de fer entre les syndicats et la direction de la Redoute se poursuit. Alors que l'ultime réunion de négociation était prévue ce lundi, la direction a décidé de la suspendre tant que le site industriel de La Martinoire (Nord) bloqué depuis jeudi le restera.

Cette dernière réunion devait «finaliser l'ensemble du dispositif» du plan social qui va voir le départ de 1 200 salariés sur 3 437 postes dont près de la moitié en préretraite.

«La réunion a avorté, au motif que La Martinoire était bloquée et qu'on ne peut pas négocier sereinement en situation de blocage», a expliqué Me Patrick Califano, avocat de l'intersyndicale de La Redoute. De son côté, la CGT crie au chantage : «on aurait très bien pu discuter ce matin et cet après-midi sur la base de ce que les salariés demandent.»

Désaccords sur les indemnités de départs volontaires

L'intersyndicale réclame 40 000 euros pour les indemnités de départs volontaires, plus 1 500 euros par année d'ancienneté et 36 mois de congés de reclassement. Elle souhaite également que cette même somme soit bloquée pour les salariés qui ne seraient pas concernés par le plan de départs volontaires. De son côté, la direction propose quant à elle une indemnité plancher de 15 000 euros pour les départs volontaires.

Cependant, «un projet d'accord collectif qui reprend toutes les mesures sociales d'accompagnement des suppressions d'emplois» a été remis aux représentants des salariés. selon Me Califano, qui évoque la tenue d'une possible réunion lundi prochain.

Si une nouvelle réunion va peut-être pouvoir avoir lieu lundi prochain, Martine Aubry, la maire de Lille et présidente de la communauté urbaine a appelé, ce matin, sur France Bleu Nord les syndicats à accepter les propositions de la direction pour «vite redresser cette entreprise pour qu'elle retrouve un avenir». «Ce que je dis aux syndicats c'est : ce plan social, vous avez obtenu beaucoup, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • d.e.s.t. le lundi 10 mar 2014 à 15:50

    Les syndicats français "toujours plus" roulent pour Pôle-emploi!Plus ils créeent de chômeurs, plus ils s'imaginent intelligents! de vrais boeufs!