La rédemption samoane

le
0
La rédemption samoane
La rédemption samoane

Cataloguée comme pire sélection du monde au hasard d'une rouste à 30 buts reçue contre les Australiens en 2001, les Samoa américaines ont gardé le silence pendant dix ans, avant de s'ouvrir sur le sujet, au profit de deux réalisateurs anglais, auteurs du documentaire Next Goal Wins.

Ici, tout est plus silencieux, tranquille qu'ailleurs. Aux Samoa américaines, la maréchaussée verbalise au-delà de 32km/h, la vitesse maximale autorisée sur les cinq principales îles. Tranquille. La quiétude de ces insulaires du Pacifique va pourtant prendre une claque le 11 avril 2001. À 20h45, à plus de 4000 km des Samoans, Ronan Leaustic siffle la fin du match entre l'Australie et les Samoa américaines, comptant pour les qualifications à la Coupe du monde de football 2002. Le tableau d'affichage de l'International Sports Stadium de Coffs Harbour surchauffe. "Australia : 32. American Samoa : 0". Comme pour un chrono corrigé sur une épreuve de 100 mètres, le score descendra finalement à 31-0 le lendemain, après le rapport de Leaustic. On n'est de toute façon pas à un but près. Les Samoans concèdent tout simplement la plus lourde défaite enregistrée dans l'histoire des matchs internationaux officiels. Les premières défaites 8 et 11-0, respectivement contre les Fidji et les Samoa, n'étaient donc pas des accidents. Et les roustes s'enchaînent, même contre Vuanatu ou les îles Salomon. La loupe médiatique est impitoyable. Tout le monde veut raconter l'histoire de la pire équipe de l'histoire du foot. Mais les Samoans refusent toutes les sollicitations, par pudeur au moins. Par honte peut-être. Jusqu'à 2011, après plusieurs refus, l'archipel de 199km2 et l'équipe des Samoas américaines décident d'accueillir deux réalisateurs anglais, aux noms de chips et de whisky : Mike Brett et Steve Jamison. "On connaissait les fondements de l'épreuve vécue et on savait déjà dans quel contexte on arrivait là-bas, mais finalement on a découvert plus qu'une défaite", confie Mike.
Console et transgenre
Dix ans après ce moment malheureusement historique, ces Anglais et leur équipe de tournage investissent les Samoas, pour enfin raconter l'histoire de ces footballeurs, mais pas que. "Ce qui nous intéressait le plus, c'est ce qu'il y avait derrière la défaite, poursuit Mike. Cela ne compte pas vraiment de comprendre comment on peut prendre autant de buts. Mais, ce qui a motivé les joueurs à poursuivre, si. Dix ans plus tard, ce sont toujours les mêmes joueurs sur le terrain." Et quelques belles personnalités. Deux se révèlent principalement dans le documentaire réalisé par le duo Brett-Jamison. Nicky Salapu d'abord, gardien de l'équipe historiquement défaite, a été…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant