La récolte de Beaujolais va fondre de moitié cette année

le
8
Ce vignoble du nord de Lyon devrait produire cette année à peine plus de 400.000 hectolitres, 53% de moins qu'en 2011. De quoi alimenter des tensions sur les approvisionnements, notamment en Beaujolais nouveau.

De mémoire de vigneron du Beaujolais, on n'avait jamais vu cela. La récolte 2012 sera historiquement faible. «Nous allons sur des rendements moitié moins importants cette année, explique au Figaro Jean Bourjade, délégué général d'Inter-Beaujolais, organisation professionnelle du vignoble. À mi-vendanges, les rendements moyens atteignent péniblement les 20-25 hectolitres par hectare (hl/ha) contre 52hl/ha normalement». Les vendanges ont débuté il y a plus de deux semaines dans ce petit terroir du nord de Lyon connu dans le monde entier pour son Beaujolais nouveau. Elles doivent s'achever début octobre.

Le gel, la grêle et les pluies abondantes ont perturbé un vignoble dont la moyenne d'âge est élevée, autour de 40 ans. «Il devrait produire cette année à peine plus de 400.000 hectolitres, contre 852.512 hectolitres en 2011», précise Jean Bourjade. Avec ce niveau de récolte si faible, les viticulteurs anticipent des tensions sur les approvisionnements pour le millésime 2012 et donc sur les prix à la production.

Le Beaujolais nouveau 2012 sera bon, mais plus cher

«Nous tenons à alerter les marchés tout de suite. Nous avons encore du stock de 2011 mais les grossistes et fournisseurs qui ne voudraient que du 2012 ne seront pas forcément fournis, avertit Jean Bourjade. Nous fournirons en priorité nos marchés stratégiques». L'Hexagone représente 60 % des ventes de Beaujolais et l'exportation 40 % dont par ordre d'importance le Japon, les États-Unis, la Grande-Bretagne et l'Allemagne.

Des tensions qui devraient mathématiquement se traduire par une hausse des prix. «Si on doublait logiquement les prix comme l'on fait nos amis de la Loire avec le muscadet il y a quelques années, la chute de consommation serait terrible. Nous penchons raisonnablement vers des hausses des prix à la production entre 20 et 30 %, indique Jean Bourjade. Reste à savoir si les distributeurs les répercuteront au niveau du consommateur», interroge-t-il.

Deux consolations cependant: les raisins récoltés sont très sains «avec une très bonne concentration des arômes», selon Jean Bourjade qui «laisse augurer d'un millésime 2012 de belle qualité». En outre, la moindre quantité devrait assainir le marché et «faire disparaître les premiers prix, on s'en félicite, en dessous de 3 euros la bouteille, un vigneron ne peut pas vivre», ajoute le responsable professionnel. «Avec une moyenne de 6 à 7 euros la bouteille, le niveau moyen de prix reste abordable», conclut-il.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Al2175 le jeudi 27 sept 2012 à 18:16

    ou on va le diluer avec de l'arabe et de l'espagnol, et pourquoi pas avec du grec !

  • zargozy le jeudi 27 sept 2012 à 17:39

    7 euros le beaujo laid, ils n'ont peur de rien, cela va le mettre à plus de 10 € dans les magasins.

  • frk987 le jeudi 27 sept 2012 à 17:14

    Autant le beaujolais était un régal il y a....40 ans autant aujourd'hui c'est IMBUVABLE, qu'ils le refilent aux japon-niais il parait qu'ils aiment, grand bien leur fasse.

  • gege63 le jeudi 27 sept 2012 à 15:57

    Il me fait rire : «Deux consolations cependant: les raisins récoltés sont très sains «avec une très bonne concentration des arômes».Aromes banane ou fraise des bois. je n'en bois plus depuis + de vingt ans . C Trop Dég...

  • fr.cuisi le jeudi 27 sept 2012 à 14:38

    belle assemblée de blair o

  • buxtehud le jeudi 27 sept 2012 à 13:57

    toujours meilleur que l'année d'avant ..;ça a sulfaté vingt fois et plus ... un petit verre ? disons que le stock de rouge va fondre et que le raisin va transiter ...

  • lbodin le jeudi 27 sept 2012 à 13:11

    Voilà une excellente nouvelle ! S'ils pouvaient annuler la fête de beaujolais qui fait tant de mal à l'image du vin comme à nos estomacs !

  • raph73 le jeudi 27 sept 2012 à 12:56

    meme le pinard est en crise, c est tout dire.