La rébellion libyenne sans gouvernement 

le
0
Le limogeage du conseil exécutif révèle les divisions des insurgés.

Les rebelles libyens, minés par des divisions internes, étaient mardi sans gouvernement. La suspension des 15 ministres du comité exécutif a été annoncée par le président du Conseil national de transition, Moustapha Abdeljalil. Selon un porte-parole, ce remaniement constitue la suite logique de l'assassinat toujours inexpliqué, le 28 juillet, du chef militaire de la rébellion, le général Abdelfatah Younès, ancien ministre de l'Intérieur de Kadhafi.

«Il y a eu des erreurs administratives», s'est contenté d'expliquer le porte-parole. Partisan de l'option militaire, le général Younès aurait pu être exécuté pour ouvrir la voie à une solution négociée. D'autres sources affirment, au contraire, que cet ancien proche de Kadhafi aurait été soupçonné de jouer double jeu. Il a pu aussi être abattu pour venger des victimes de la torture dans les prisons de Kadhafi.

Quoi qu'il en soit, son assassinat a révélé une fracture profonde dans le gouvernement et dans le

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant