La réalité virtuelle reconstitue Auschwitz pour les derniers procès du nazisme en Allemagne

le
0
La réalité virtuelle reconstitue Auschwitz pour les derniers procès du nazisme en Allemagne
La réalité virtuelle reconstitue Auschwitz pour les derniers procès du nazisme en Allemagne

A travers le casque de réalité virtuelle, les images glaçantes apparaissent: la voie de chemin de fer, l'imposante entrée en brique, l'alignement de baraques identiques, les chambres à gaz, les crématoires. En utilisant une technologie développée par la police judiciaire de Munich (LKA), en Bavière, les policiers et les procureurs allemands enquêtant sur les derniers criminels de guerre nazis peuvent se plonger dans une reconstitution 3D extrêmement précise du camp de concentration d'Auschwitz. "Des suspects ont souvent prétendu qu'ils travaillaient à Auschwitz mais ne savaient pas réellement ce qui s'y passait", explique à l'AFP Jens Rommel, directeur de l'agence fédérale enquêtant sur les crimes de guerre nazis."Il est donc question de savoir si le suspect a pu ignorer que des gens étaient conduits dans les chambres à gaz ou fusillés", poursuit-il. "Cette modélisation peut justement aider à répondre à cette question".Créée par Ralf Breker, l'expert en imagerie numérique du LKA, cette animation 3D reproduit avec un niveau de détail impressionnant le tristement célèbre camp nazi, qui était situé en Pologne occupée et où plus de 1,1 million de personnes sont mortes durant la Seconde guerre mondiale. "A ma connaissance, il n'existe pas de modèle plus exact d'Auschwitz", indique M. Breker dans son atelier. "C'est beaucoup plus précis que Google Earth"."Nous utilisons les lunettes de réalité virtuelle les plus en pointe du marché. Quand je zoome, je peux voir jusqu'aux plus petits détails", précise-t-il. - Recréer la perspective d'un suspect -En enfilant ce casque, les procureurs, les juges et les plaignants peuvent vivre l'expérience glaciale de se déplacer à leur guise dans l'Auschwitz des années 1940. Ils croisent alors une file interminable d'avatars de prisonniers tandis qu'un silence étrange flotte dans l'air. Même les arbres sont précisément là où ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant