La réaction nationaliste des Hongrois

le
0
Bousculés par l'histoire, ils exaltent à l'extrême le sentiment patriotique, pour retrouver une unité.

De notre envoyée spéciale à Budapest

La «Révolution nationale» de Viktor Orban frappe jusque sur la place du Parlement. La statue du comte Mihaly Karolyi, premier ministre puis président en 1918-1919, vient d'être déboulonnée. Pendant ce temps, au château de Budapest se poursuit la grandiose exposition sur les «Héros» de la Hongrie, où figure - discrètement - le premier ministre. Volonté de réécrire l'histoire, comme le clame l'opposition, et de s'inscrire lui-même dans une longue tradition de héros nationaux?

Conseiller de Viktor Orban, l'historien György Granasztoi balaie l'idée d'un revers de main. «Karolyi est considéré comme un précurseur de la dictature communiste, explique-t-il. Devant le Parlement, qui doit représenter l'unité nationale, c'est perturbant.» Pour les conservateurs, la victoire écrasante (plus de 53 % des voix), en 2010, de Viktor Orban, traduit la volonté de la population de se débarrasser de «ces anciens communistes, qui, sou

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant