La raquette de tennis passe en mode connecté

le
0
La raquette de tennis passe en mode connecté
La raquette de tennis passe en mode connecté

L'entreprise Babolat, spécialisée dans le tennis, va lancer sur le marché européen courant mai une raquette connectée, matériel innovant permettant aux joueurs amateurs et professionnels de collecter des informations sur leur niveau de jeu.Via des capteurs intégrés dans son manches, cette raquette intelligente mesure les vibrations pour fournir des données chiffrées sur la puissance de frappe, la zone d'impact de la balle sur le tamis, les types de coups réalisés, les effets de balle, le temps de jeu, la régularité..."Aujourd'hui, c'est comme si Star Wars arrivait dans le tennis. D'ici dix ans, toutes les raquettes seront connectées", a assuré Eric Babolat, le PDG de l'entreprise française, lors de la présentation jeudi à Roland Garros de cette "smart raquette", déjà commercialisée aux Etats-Unis. Produite à partir d'un modèle existant, celle utilisée par la star chinoise Li Na, cette raquette a pour seule différence visible sa couleur et deux boutons situés à l'extrémité du manche."Ni le poids ni l'équilibre n'ont été altérés. On dit souvent que la raquette est le prolongement du corps. Le but était de ne pas changer ça", a souligné Eric Babolat. Rechargeable et équipée d'un port USB, la "Babolat Play" est compatible avec ordinateurs, tablettes et autres smartphones. Les joueurs peuvent échanger les informations sur internet via une plateforme dédiée.Selon son concepteur, cette raquette intelligente, vendue 399 euros, environ deux fois plus cher que le modèle non connecté, est destiné à tous les joueurs, amateurs comme professionnels, souhaitant s'améliorer.Le N.1 mondial Rafael Nadal et le Français Jo Wilfried Tsonga, sous contrat chez l'équipementier, avaient effectué une démonstration avec un prototype il y a deux ans.En début d'année, la Fédération internationale de tennis a quant à elle fait évoluer son règlement pour autoriser ce type de matériel sur le circuit ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant