LA QUESTION QUI FÂCHE. Faut-il aligner la fiscalité de l'essence et du diesel ?

le , mis à jour à 07:31
7
LA QUESTION QUI FÂCHE. Faut-il aligner la fiscalité de l'essence et du diesel ?
LA QUESTION QUI FÂCHE. Faut-il aligner la fiscalité de l'essence et du diesel ?

OUI 

Par Delphine Batho, députée des Deux-Sèvres, ex-ministre de l’Environnement, rapporteure de la mission d’information sur l’offre automobile française.

 

Faut-il aligner la fiscalité du diesel sur celle de l'essence ?

D.B. Oui. Dans un pays où la pollution est la troisième cause de mortalité, il y va de l'intérêt général. Mais aussi pour donner un vrai avenir à l'industrie automobile : pendant des années, la fiscalité a faussé le choix de motorisation des automobilistes et a encouragé l'industrie française à miser sur le diesel. Il faut donc sortir de ce système de manière planifiée, avec une nouvelle doctrine de l'Etat que j'appelle neutralité technologique et fiscale. L'Etat doit fixer des règles concernant le seuil limite de pollution à respecter pour tous les véhicules, diesel ou essence, et une fiscalité qui est la même pour tous les carburants.

 

Cette mesure ne va-t-elle pas de détruire des emplois ?

La réalité industrielle liée au diesel ne peut pas être balayée d'un revers de main. C'est la raison pour laquelle nous proposons un consensus national autour d'une convergence progressive en cinq ans. Je veux aussi rassurer quant à l'emploi, en indiquant d'une part que les constructeurs français ont bien engagé leur stratégie de diversification et d'autre part que le renforcement des exigences par rapport à la pollution créera aussi des emplois chez les équipementiers.

 

Et que feriez-vous de ces nouvelles recettes fiscales ?

Elles doivent être intégralement restituées aux Français pour accélérer le renouvellement du parc automobile. Nous proposons par exemple de doubler la prime à la conversion, ce qui permettrait à un ménage non imposable de bénéficier d'une prime de 2 000 € pour pouvoir acheter un véhicule d'occasion aux normes récentes, moins polluant.

 

 

NON

par Christian Lafaye, délégué syndicat Central PSA Peugeot Citroën Force ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Fragued il y a un mois

    C'est d'abord une question de santé publique et un respect pour nos enfants. Secondairement, on ne peut pas tenir des discours de réduction des émissions de GES et parallèlement maintenir une fiscalité archaïque qui conduit à payer moins fiscalement au Km avec un SUV au mazout qui émet 120g de CO2 et plus avec une berline SP95 qui n'en émet que 105...!! C'est une hérésie !!

  • lolin il y a un mois

    Pourquoi on les écoute ces bons à rien de verts, ils ne représentent rien, 2%

  • awsdf il y a un mois

    Oui mettre l'essence au prix du diesel.

  • vmcfb il y a un mois

    On croyait être débarrassé de DB..

  • bgador il y a un mois

    oui il faut mettre le prix de l'essence au prix du diesel

  • M2286010 il y a un mois

    Les députés verdo-socialo-communistes sont vraiment débordants d'imagination ! Chaque jour, l'un d'entre eux émet l'idée d'une nouvelle taxe...En 1 an, pas un seul n'a avancé une idée permettant 1€ d'économie... Dans 6 mois, il va falloir laisser la place, alors vite, pressons le citron jusqu'à la dernière goutte... Et pourquoi n'alignerait-on pas le prix de l'essence sur celui du diesel ? Le résultat serait le même pour le choix d'une voiture !

  • nicog il y a un mois

    Delphine, faut il aligner la retraite du Privé sur celle du Public? Partir à 57 ans au lieu de 66 c' est pas mal non ?