La question de la souffrance animale s'invite au Salon de l'agriculture

le
0
Le collectif 269 Life France milite pour la fermeture de abattoirs en France.
Le collectif 269 Life France milite pour la fermeture de abattoirs en France.

"Le Salon de l'agriculture est un grand mensonge, accuse Alexandra Blanc, porte-parole du collectif 269 Life France. Il faut dire aux gens qui viennent ici caresser les animaux comment ils sont élevés et comment ils finissent : dans les abattoirs, dans des conditions horribles, abattus majoritairement sans étourdissement." Ce jeudi 26 février, ils sont une vingtaine à brandir des pancartes-chocs sur la maltraitance animale. "Nous avons des images d'animaux dont on sectionne les pattes alors qu'ils sont encore vivants, des cochons qui se réveillent dans l'eau bouillante, des volailles pointées sans anesthésie." Le collectif n'y va pas par quatre chemins : il veut la fermeture des abattoirs et la conversion des consommateurs au végétalisme. Bigre ! Les agriculteurs récusent évidemment ces accusations. "Si mes vaches étaient maltraitées, elles seraient complètement sauvages, assure un éleveur de race Aubrac. Et elles n'auraient donc pas leur place ici, sur le salon." Mais lorsque l'on pose la question des abattoirs et des conditions de mise à mort des animaux après l'élevage en exploitation, les agriculteurs bottent en touche. "Je ne sais pas ce qu'il s'y passe, avoue cet éleveur. Moi, je suis agriculteur, ce n'est pas mon problème." Un éleveur de brebis conclut quant à lui que la question n'est pas dans les normes d'abattage, mais bel et bien le respect de ces normes. L'appel à plus de contrôle dans les structures est sous-entendu, afin...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant