La « purge » s'étend au Politburo chinois

le
0
Zhou Yongkang, à la tête du puissant appareil sécuritaire de la Chine communiste, serait en train de payer son soutien à Bo Xilai.

Les luttes d'influence déclenchées par la chute de Bo Xilai continueraient de plus belle dans les coulisses du Parti communiste chinois (PCC). La disgrâce d'un des poids lourds du régime, Zhou Yongkang, est ainsi évoquée avec de plus en plus d'insistance. L'homme est l'un des «Neuf», un membre du Comité permanent du Politburo, le vrai c½ur du pouvoir chinois. Et à ce titre, il a la main haute sur toutes les agences de sécurité et de renseignements du pays, ainsi que sur l'appareil judiciaire.

Zhou Yongkang serait déjà dépossédé de la supervision opérationnelle de l'appareil de sécurité chinois. Selon des sources citées par le Financial Times, cette mission essentielle aurait été transférée à l'actuel ministre de la Sécurité publique, Meng Jianzhu. Une purge officieuse, donc. Car officiellement, Zhou garderait sa place au sein des «Neuf», enceinte dont il doit se retirer au moment du congrès de l'automne prochain. «On ne se débarrasse pas ouverteme

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant