La protection des données personnelles, nouvel eldorado de la Suisse

le
0
La protection des données personnelles, nouvel eldorado de la Suisse
La protection des données personnelles, nouvel eldorado de la Suisse

"Données 100% stockées en Suisse". De plus en plus d'entreprises mettent en avant sur leur site ce petit macaron aux couleurs de la Confédération helvétique, qui pourrait faire de la protection des données personnelles une nouvelle source de prospérité."Les données sont le nouvel eldorado de la Suisse. C'est un vrai boom", se réjouit Franz Grüter, directeur général de Green.ch, l'une des principales entreprises suisses spécialisées dans le stockage de données personnelles avec une croissance annuelle de 30%.Les scandales d'espionnage généralisé suite aux révélations de l'ex-conseiller de l'Agence nationale de sécurité (NSA) américaine Edward Snowden ont permis une prise de conscience accrue, notamment du côté des entreprises, sur la nécessité de protéger ses données personnelles. Et la Suisse compte bien en tirer partie."Les clients ont besoin de confiance, de discrétion, de fiabilité et de stabilité. Ce sont les caractéristiques de ce pays depuis toujours", ajoute pour l'AFP M. Grüter, selon qui plus d'un milliard de francs (1 milliard d'euros) ont été investis ces cinq dernières années dans des centres de données informatiques dans le pays. Avec 61 centres de données, la Confédération se classe à la cinquième place européenne."Un Etat offrant un niveau de protection élevé à ses entreprises leur offre également des avantages économiques non négligeables", affirme Jean-Philippe Walter, adjoint au Préposé fédéral à la Protection des données et à la transparence. Selon lui, "la Suisse a tout intérêt à se mettre au-delà du niveau européen en termes de réglementation, pour des raisons économiques". - Relocalisation - Mais trouver des débouchés économiques passe avant tout par un retour de la confiance dans les Etats."Il est primordial de restaurer cette confiance des droits fondamentaux à la vie privée dans nos sociétés démocratiques", il ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant