La promesse sur le vote des étrangers sera tenue, dit l'Elysée

le
7
LA PROMESSE SUR LE VOTE DES ÉTRANGERS SERA TENUE
LA PROMESSE SUR LE VOTE DES ÉTRANGERS SERA TENUE

PARIS (Reuters) - François Hollande tiendra sa promesse d'accorder aux étrangers non européens présents sur le territoire français depuis cinq ans le droit de vote aux élections locales, a fait savoir la présidence de la République.

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, a réagi en disant que si tel était le cas, le principal parti d'opposition de droite en France exigerait un référendum.

Un groupe de 75 députés socialistes, inquiets d'un possible recul, avait auparavant lancé dans Le Monde un appel invitant le gouvernement à accélérer la cadence.

"Ce qui est clair, c'est que l'engagement sera tenu", a-t-on répondu dans l'entourage du chef de l'Etat.

Réplique de l'UMP : "Jean-François Copé demande que le président de la République dise clairement ses intentions (...) Si François Hollande devait maintenir cette promesse, Jean-François Copé demande qu'elle soit soumise à référendum", a déclaré un proche du secrétaire général.

L'idée d'octroyer le droit de vote aux étrangers, évoquée en 1981 par le président socialiste de l'époque, François Mitterrand, revient régulièrement dans le débat politique.

Elle est vivement critiquée par l'opposition de droite et le Front national. Pour Bruno Beschizza, secrétaire national de l'UMP, les socialistes "sacrifient l'intérêt de la Nation pour leur intérêt électoral".

Une proposition de loi avait été adoptée en 2000 à l'Assemblée nationale mais jamais confirmée au Sénat. A l'inverse, une nouvelle disposition constitutionnelle similaire a été adoptée au Sénat, passé à gauche, fin 2011.

Dans leur appel, les 75 députés soulignent que les sondages montrent que l'opinion française est favorable en grande majorité à cette mesure. Ils disent que "le temps presse".

PAS D'URGENCE POUR VALLS

Le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, estime pour sa part que le vote des étrangers ne représente pas une urgence, ni une "revendication" forte.

"Est-ce que c'est aujourd'hui une revendication forte dans la société française ? Un élément puissant d'intégration ? Non. Ça n'a pas la même portée qu'il y a trente ans", dit-il, également dans Le Monde.

Pour les 75 députés signataires de l'appel, "cette mesure changera la nature du corps électoral en France." "Loin d'être votée à la va-vite, elle doit au contraire être discutée publiquement pour en expliquer la portée et sa contribution à une République réconciliée avec ses citoyens", lit-on dans l'appel.

Face à l'argument de la droite qui craint un vote communautaire, les députés PS répondent "que c'est au contraire l'inégalité de traitement entre l'élu et ses administrations qui favorise une organisation communautarisée de la société".

"A celles et ceux qui nous disent que cette mesure est dérisoire, nous répondons qu'elle est essentielle, d'abord pour redonner du sens à un rituel civique appauvri, notamment dans les quartiers populaires, ensuite parce que la représentativité des communes et des départements connaissant une importe population étrangère est mise à mal", écrivent les signataires.

Manuel Valls souligne le risque lié selon lui au droit de vote des étrangers, qui suppose une modification de la Constitution.

"Attention à la jonction droite-extrême droite sur ce sujet. Il faut bien évaluer les conséquences d'un référendum, pas seulement en termes de résultats, mais aussi de déchirure dans la société française", dit-il.

Le groupe socialiste compte 279 membres et 18 apparentés.

Thierry Lévêque et Gérard Bon, avec Julien Ponthus et Emmanuel Jarry, édité par Gilles Trequesser et Patrick Vignal

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • reymond. le lundi 17 sept 2012 à 20:58

    nous devons exiger un referendum et laisser le peuple se prononcer sur cette affaire qui constitue un des derniers remparts sur lequel bute encore l'invasion des migrants sur le sol français.

  • Georg47 le lundi 17 sept 2012 à 20:34

    La promesse ? Quelle promesse ? personne ne lui a rien demandé à cet âne et surtout pas ses copains du PS....La maxime dit : il n'est pas né&cessaire d'être nul pour réussier enpolitique mais ça aide beaucoup

  • chatnour le lundi 17 sept 2012 à 20:00

    C'est un "casus belli" ! T'as raison, monsieur C.on...d Ier, va en plus te mettre les flics et l'armée à dos, ça va arranger tes affaires et ton quinquennat déjà mal barré !

  • M2280901 le lundi 17 sept 2012 à 19:44

    encore plus de momos avec leur maho de m....

  • patr.fav le lundi 17 sept 2012 à 19:41

    bientot ce sera la charia en france ils ont déjà commencés!!!!!

  • chatnour le lundi 17 sept 2012 à 19:29

    non, @bigot8, j'espère bien qu'on l'aura foutu dehors avant, vivant ou non !

  • bigot8 le lundi 17 sept 2012 à 19:08

    dans 5 ans la france est barbue ...ça va commencer par les communes...