La promenade des Australiens

le
0
La promenade des Australiens
La promenade des Australiens

L'ETAPE DU JOURC'est toujours sympa ces chronos par équipes. Un exercice bien particulier certes, mais vraiment esthétique et technique. Rien n'est laissé au hasard ; malheur aux équipes qui n'auraient pas préparé leur coup. La preuve une fois encore cette année avec la victoire supersonique (57,8km/h de moyenne pour l'étape la plus rapide de l'histoire du Tour) de la formation australienne Orica-GreenEdge qui compte dans ses rangs un ancien champion olympique (Brett Lancaster) et deux anciens champions du monde de poursuite par équipes (O'Grady et Meyer).

Prétendante à la victoire avant le départ, Orica-GreenEdge a répondu aux attentes sous un magnifique soleil azuréen. Au terme d'un parcours de 25 kilomètres parfaitement plat tracé dans les rues de Nice - pour la première étape continentale de ce Tour après le triptyque corse - les hommes de White et Stephens ont d'abord contenu les Belges d'Omega Pharma-QuickStep (3 secondes de retard au km 13) avant de passer à l'offensive dans la deuxième partie de l'étape pour finalement devancer Sylvain Chavanel et ses coéquipiers d'une toute petite seconde. Déjà à l'honneur lundi à Calvi grâce au succès de Simon Gerrans, Orica-GreenEdge è qui ne compte pas de véritable leader dans ses rangs - confirme dans la cité niçoise et s'impose peu à peu comme LA formation de ce début de Tour. Et on ne parle même pas de l'histoire du bus... Grâce à un magnifique effort collectif, elle a mis au pas les autres grosses écuries du peloton, Sky (3eme à 3''), Saxo-Tinkoff (4eme à 9''), Garmin-Sharp (vainqueur du dernier chrono par équipes du Tour, en 2011 mais seulement 6eme cette fois-ci, à 17'') ou encore BMC (9eme à 26'') et la RadioShack-Leopard du désormais ex-Maillot Jaune Jan Bakelants (11eme à 29'').

L'autre intérêt de cette étape, c'était de voir la forme des favoris à la victoire sur les Champs-Élysées. Sur ce plan-là, ce court effort collectif n'aura pas permis d'apporter grand-chose puisque Froome, Contador, Van Den Broeck, Vande Velde, Talansky, D.Martin, Hesjedal ou encore Valverde se sont quasiment neutralisés (16 secondes d'écart au maximum entre tous ces coureurs). S'il faut chercher un perdant, citons Cadel Evans, qui perd 23 secondes par rapport à Froome après la piètre perf de la BMC. Plus généralement, à un degré moindre, la Sky de Froome et Porte a déçu - G.Thomas, diminué, n'a pas pu apporter l'écot escompté - et n'a pas forcément fait preuve de l'autorité attendue. A la différence de Contador, très à l'aise et enthousiasmant avec la Saxo-Tinkoff.

TOUR DE FRANCE 2013 Classement final de la 4eme étape - Mardi 2 juillet 20131- Orica-GreenEdge (AUS) 25'56''2- Omega Pharma-QuickStep (BEL) 25'57'' (à 1'')3- Sky (GBR) 25'59'' (à 3'')4- Saxo-Tinkoff (DAN) 26'05'' (à 9'') 5- Lotto-Belisol (BEL) 26'13'' (à 17")6- Garmin-Sharp (USA) 26'13'' (à 17")7- Movistar (ESP) 26'15'' (à 19")8- Lampre-Merida (ITA) 26'21'' (à 25")9- BMC (USA) 26'22'' (à 26")10- Katusha (RUS) 26'24'' (à 28")11- RadioShack-Leopard (LUX) 26'25'' (à 29")12- Vacansoleil-DCM (PBS) 26'29'' (à 33")13- Cannondale (ITA) 26'30'' (à 34")14- Belkin (PBS) 26'33'' (à 37")15- FDJ.fr (FRA) 26'38'' (à 42")16- Astana (KAZ) 26'52'' (à 56")17- AG2R-LA MONDIALE (FRA) 27'00'' (à 1'04")18- Sojasun (FRA) 27'06'' (à 1'10")19- Europcar (FRA) 27'09'' (à 1'13")20- Cofidis (FRA) 27'16'' (à 1'20")21- Euskaltel-Euskadi (ESP) 27'20'' (à 1'24")22- Argos-Shimano (PBS) 27'43'' (à 1'47")Classement après la 4eme étape - Mardi 2 juillet 20131- Simon Gerrans (AUS/Orica-GreenEdge) en 12h47'24''2- Daryl Impey (AFS/Orica-GreenEdge) mt3- Michael Albasini (SUI/Orica-GreenEdge) mt4- Michal Kwiatkowski (POL/Omega Pharma-QuickStep) à 1"5- Sylvain Chavanel (FRA/Omega Pharma-QuickStep) à 1"6- Edvald Boasson Hagen (NOR/Sky) à 3"7- Chris Froome (GBR/Sky) à 3"8- Richie Porte (AUS/Sky) à 3"9- Nicolas Roche (IRL/Saxo-Tinkoff) à 9"10- Roman Kreuziger (RTC/Saxo-Tinkoff) à 9"...12- Alberto Contador (ESP/Saxo-Tinkoff) à 9"21- Alejandro Valverde (ESP/Movistar) à 20"28- Cadel Evans (AUS/BMC) à 26"34- Joaquin Rodriguez (ESP/Katusha) à 28"38- Andy Schleck (LUX/RadioShack-Leopard) à 29"49- Thibaut Pinot (FRA/FDJ.fr) à 42"63- Pierre Rolland (FRA/Europcar) à 1'13"64- Thomas Voeckler (FRA/Europcar) à 1'15"

LES FRANÇAISSi la FDJ.fr de Thibaut Pinot (15eme à 42'' des vainqueurs) sauve les meubles en ne concédant qu'une trentaine de secondes aux meilleurs, le niveau d'ensemble des équipes tricolores est bien moyen (entre la 15eme et la 20eme place). L'essentiel reste que les temps n'ont pas explosé et que les secondes perdues à Nice ne seront sans doute pas rédhibitoires. C'est notamment le cas pour Jean-Christophe Péraud, Pierre Rolland et Thomas Voeckler qui concèdent tous une minute. A signaler tout de même le rôle important joué par Sylvain Chavanel, champion de France du chrono, dans la deuxième place d'Omega Pharma-QuickStep.

LA VIE DES MAILLOTSMaillot jaune : Simon Gerrans (AUS/Orica-GreenEdge)Vainqueur d'étape lundi à Calvi, Simon Gerrans a bien supporté la traversée vers le continent. Le puncheur australien de 33 ans récolte donc les fruits de son exploit corse grâce à l'aide de ses coéquipiers pour déloger Bakelants et endosser le premier Maillot Jaune de sa carrière. Une belle récompense pour un coureur qui, l'air de rien, se façonne un joli palmarès (Milan-San Remo, GP Plouay, GP Québec, au moins une étape dans chacun des grands Tours?) et devient le sixième Australien de l'histoire en jaune (après Anderson, Evans, McGee, McEwen et O'Grady).

Maillot vert : Peter Sagan (SLQ/Cannondale)Peter Sagan ne craignait rien sur cette étape. Le Slovaque conserve sa tunique en attendant de viser un succès d'étape.

Maillot à pois : Pierre Rolland (FRA/Europcar)Après s'être montré en Corse pour conquérir le maillot à pois, Pierre Rolland a surtout pu mesurer la popularité de sa tunique au cours d'une étape où Europcar a peiné sans sombrer. Là encore, le maillot de meilleur grimpeur n'était pas en danger et Rolland conserve son bien.

Maillot blanc : Michal Kwiatkowski (POL/Omega Pharma-QuickStep)Découverte de ce début de Tour, le Polonais de 23 ans au potentiel inconnu sur un Tour de France profite du beau chrono de son équipe pour consolider son maillot blanc de meilleur jeune.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant