La prolifération des drones, menace émergente pour la sécurité des avions

le
0
La prolifération des drones, menace émergente pour la sécurité des avions
La prolifération des drones, menace émergente pour la sécurité des avions

La prolifération dans le ciel de drones commerciaux ou de loisirs pose une véritable menace pour la sécurité des avions de ligne, comme l'illustre le grave incident qui s'est produit récemment à Roissy avec un Airbus d'Air France. Que se passerait-il en cas de collision? Quelles sont les règlementations existantes?Quelles sont les circonstances de cet incident qualifié de "grave" par le Bureau d'enquêtes et d'analyses (BEA)?Le 19 février, un Airbus A320 d'Air France assurant la liaison Barcelone-Paris a croisé un drone à 1.600 m d'altitude à l'approche de l'aéroport de Roissy Charles-de-Gaulle.Lorsqu'il a aperçu le drone, le copilote de l'avion qui volait alors à plus de 400 km/h a déconnecté le pilote automatique et effectué une manoeuvre d'évitement. Le drone est passé à environ cinq mètres en dessous de l'aile gauche de l'avion.Dans quelle situation un drone devient-il une menace pour un avion?Pour l'Association internationale du transport aérien (IATA), les drones volant à basse altitude près des aéroports représentent une menace pour les avions qui décollent ou atterrissent et sont la principale préoccupation de l'organisation.L'interférence des fréquences radio utilisées pour contrôler les drones avec les systèmes de contrôle aérien peut également poser problème.Les pilotes et les avions sont-ils préparés à de tels incidents?Les moyens à bord ne permettent pas d'identifier les drones, selon un professionnel qui préfère rester anonyme: les avions sont équipés de systèmes anti-collision mais les deux appareils qui se croisent doivent en disposer. Dans le cas d'une rencontre dans l'espace aérien avec un drone, seule la vigilance humaine peut donc permettre de détecter l'engin.En matière de capacité anti-drones, un montant de 1,4 million d'euros a été investi par le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) pour le développement de trois projets et démonstrateurs, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant