La production pétrolière russe au plus haut depuis l'URSS

le
0

MOSCOU, 2 janvier (Reuters) - La production pétrolière russe a atteint en 2014 son plus haut niveau depuis la fin de l'Union soviétique un record avec une moyenne de 10,58 millions de barils par jour (bpj), soit une hausse de 0,7%, montrent vendredi les données publiées par le ministère russe de l'Energie. La production de pétrole et de condensats de gaz naturel a également atteint son meilleur niveau depuis l'ère soviétique sur le seuil mois de décembre, à 10,67 millions de bpj. Cette progression est en partie liée à l'essor des petits producteurs, majoritairement détenus par des capitaux privés, qui ont accru leurs extractions de 11%, à un peu plus d'un million de barils par jour. En comparaison, les exportations de pétrole brut par le groupe public Transneft ont reculé de 5% à 195,5 millions de tonnes à cause notamment de la hausse de la demande intérieure. Les exportations vers la Chine ont atteint un nouveau sommet avec 22,6 millions de tonnes (452.000 bpj), soit une augmentation de 43% sur l'année, la Russie cherchant à diversifier sa clientèle. Les producteurs russes ont tiré profit de la hausse des prix de l'énergie au premier semestre 2014, durant lequel le baril a atteint 113 dollars avant d'entamer une chute qui l'a fait retomber sous 60 dollars en décembre. La croissance de la production pétrolière en 2014 a été freinée par les sanctions occidentales contre Moscou pour son rôle dans la crise ukrainienne. En 2013, elle avait atteint 1,4%. Le géant russe de l'énergie Rosneft, qui produit plus de pétrole que certains pays membres de l'Opep tels que l'Iran ou l'Irak, a vu sa production reculer de 0,7%. Le pétrole et le gaz représentent environ la moitié des recettes budgétaires de la Russie. Selon les prévisions du ministère russe de l'Energie, la production pétrolière du pays pourrait baisser à 525 millions de tonnes en 2015. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) s'attend elle à une baisse de 1%. La production de gaz naturel de la Russie en 2014, elle, a baissé de 4% à 640,237 milliards de mètres cubes. Le groupe Gazprom GAZP.MM a fait état d'une chute de sa production de 9%, à un plus bas de 432 milliards de mètres cubes en raison de son différend sur les prix avec l'Ukraine, qui a un temps été son deuxième client après l'Allemagne. (Vladimir Soldatkin, Claude Chendjou pour le service français, édité par Marc Angrand)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant