La production française de cerises et d'abricots attendue en baisse

le
1
La France s'apprête à produire moins d'abricots et de cerises en 2016 qu'en 2015. (RusN/Istock.com)
La France s'apprête à produire moins d'abricots et de cerises en 2016 qu'en 2015. (RusN/Istock.com)

(AFP) - La production française de cerises et d'abricots est attendue en baisse cette année en raison des intempéries de fin de printemps, selon les estimations publiées mercredi par les services statistiques du ministère de l'Agriculture.

Au 1er juin 2016, la production de cerises reculerait de 11% comparée à 2015 à 37.200 tonnes, se situant 6% au-dessous de la moyenne quinquennale", tandis que celle d'abricots "reculerait de 23%" sur un an, à 123.000 tonnes, indique le bulletin d'Agreste.

Les vergers de la vallée du Rhône ont été touchés par du gel sur fleur et de la grêle sur les abricotiers, explique Agreste.

Pour les cerises, ce sont les intempéries de la fin du printemps qui sont en cause car elles ont causé l'éclatement de nombreux fruits des variétés précoces, ce qui conduit à revoir à la baisse les estimations de production depuis la dernière publication qui étaient de 9%.

En Rhône-Alpes, les épisodes de grêle, suivis de pluies répétées ont occasionné des dégâts aux vergers. La production de cerises est prévue en baisse de -23% sur un an, et celle d'abricots de -40%.

En région PACA, la production de cerises reculerait de 4% sur un an, tandis que la baisse de la production d'abricots sera compensée "par le calibre des fruits", selon Agreste.

En Languedoc-Roussillon, malgré des dégâts la production de cerises est légèrement en hausse comparée à celle de l'an dernier (+4%), qui avait été exceptionnellement réduite. C'est également le cas pour les abricots grâce à la hausse des surfaces en Roussillon.

En Midi-Pyrénées, le climat humide conduit à l'éclatement des fruits précoces. La production de cerises, en retard, est estimée à -25% sur un an.

Une autre incertitude touche la récolte de cerises en lien avec la récente interdiction d'utilisation du diméthoate, principal insecticide disponible contre la mouche drosophile de la cerise.

Cet insecticide contesté a été retiré du marché français le 1er février, au grand dam d'une partie des agriculteurs qui estiment ne pas avoir de méthode alternative efficace pour lutter contre ce ravageur très agressif.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mcarre1 il y a 6 mois

    C'est une catastrophe pour les cerises cette drosophile suzukii.