La production de miel atteint son plus bas niveau historique

le
1

En 2 ans, la production de miel a reculé de 25% à 15.000 tonnes. Les apiculteurs s'alarment d'un diagnostic toujours plus inquiétant.

C'est un fléau qui ne cesse de prendre de l'ampleur. En 2013, la production française de miel est tombée à moins de 15.000 tonnes, soit 25% de moins qu'il y a deux ans seulement (20.000 tonnes en 2011), selon l'Union Nationale de l'Apiculture Française. Si la comparaison sur le court terme est frappante, elle n'est que le reflet d'une trajectoire tombante tout à fait pérenne: on est en effet bien loin des niveaux observés jusqu'en 1995, supérieurs à 33.000 tonnes par an.

Première conséquence, les importations pèsent de plus en plus lourd au fil des années. Alors que la France, alors autosuffisante en miel, en importait entre 6000 et 7000 tonnes en 1995 selon l'UNAF, les Douanes françaises indiquent que ce chiffre est passé à quasiment 29.000 tonnes en 2013! Ces importations posent le problème d'un éventuel manque à gagner pour la France (en 2013, les importations de miel auraient coûté 85 millions d'euros, toujours selon les douanes), mais surtout celui de la qualité des produits que l'on consomme.

Le miel importé, principalement de Chine, mais aussi d'Espagne et de pays d'Europe de l'est, fait certes l'objet de contrôles. Néanmoins, ceux-ci ne peuvent être systématiques. Surtout, l'UNAF s'inquiète de la présence de pollen issu d'OGM dans le miel importé: le 15 janvier 2014, les eurodéputés ont en effet refusé d'imposer aux éleveurs d'abeilles de mentionner la présence d'OGM sur les étiquettes de leurs produits. Enfin, l'évolution du nombre d'apiculteurs français illustre bien la réalité de cette activité: depuis dix ans, ils seraient 1000 de moins chaque année à exercer cette profession, toujours selon le syndicat apicole. Une proportion qui n'est pas négligeable, puisque l'UNAF recense aujourd'hui 70.000 apiculteurs dans l'Hexagone.

Si la production de miel marque autant le pas, c'est que le taux de mortalité des colonies d'abeilles ne cesse d'augmenter depuis une vingtaine d'année. L'UNAF pointe la responsabilité des pesticides néonicotinoïdes, dont l'avènement en 1995 coïncide avec le déclin des populations d'abeilles. Alors que les apiculteurs considèrent que le taux de pertes hivernales normal est de 10%, on évalue aujourd'hui des mortalités deux fois, et parfois même trois fois supérieures sur cette période de l'année. Plus préoccupant: des colonies entières disparaissent aussi en cours de saison.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • fortunos le mercredi 12 fév 2014 à 14:52

    Ce n est que le debut,les abeilles ne supportent plus les pesticides et les OGM.Les monsantos et les vendeurs de chimie disent que c est faux.Mais ils sont incapables d expliquer pourquoi que les abeilles se portent bien en ville!!!!